BFM Tech

Comment le discours d'Emmanuel Macron a été sous-titré en temps réel

Le sous-titrage en temps réel de l'allocution du président de la République a été rendu possible par une technique méconnue: la vélotypie. Avec néanmoins quelques déconvenues.

Alors que l'épidémie de Covid-19 prend toujours plus d'ampleur en France, Emmanuel Macron s'est ce jeudi 12 mars adressé aux Français, pour détailler une série de mesures destinées à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Parmi elles, la fermeture des crèches et établissements scolaires jusqu'à nouvel ordre, le maintien des élections municipales ou encore un appel à limiter ses déplacements et le report de la fin de la trêve hivernale.

L'intégralité de cette allocution, qui a rassemblé 24,8 millions de téléspectateurs, a fait l'objet d'un sous-titrage en temps réel. Dans un encadré au bas de l'écran, un texte tapé en direct retraçait les propos du président de la République, pour les rendre accessibles aux sourds et malentendants ou à toute personne désireuse de suivre ces annonces sans le son.

Des "ér ér ér" en direct

Ce travail en temps réel a néanmoins été effectué avec une précision aléatoire. Sont ainsi apparus, au fil du discours, des propos rapidement effacés, comportant des fautes voire des séries de "ér" pour le moins suspectes.

Ces fautes ont laissé entrevoir la technique utilisée pour ce sous-titrage en direct: la vélotypie. Cette dernière consiste à écrire un discours sur un clavier "vélotype", à savoir un clavier syllabique sur lequel les lettres sont disponibles en double, à gauche et à droite d'un axe central. Le tout en utilisant ses dix doigts ainsi que le bas de sa main. 

Le métier de vélotypiste reste néanmoins très rare en France. "Seule une dizaine de personnes l'exercent aujourd'hui. Ce métier nécessite au moins une année de formation pour apprendre à se servir du clavier, à automatiser ses mouvements et à se familiariser avec les différentes combinaisons existantes", explique auprès de BFM Tech Evelyne Hamon, dirigeante de Système Risp, une entreprise basée à Caen qui aura longtemps été la seule société de vélotypistes en France. La retranscription de l'allocution d'Emmanuel Macron ce 12 mars a néanmoins été confiée à une société concurrente. 

Ce clavier est censé faciliter le travail de retranscription et garde en mémoire certaines combinaisons, auxquelles s'ajoutent des corrections automatiques. Il peut ainsi être à même de transformer un simple "bjr" en un plus correct "bonjour". Cette technique reste le plus souvent mise à profit dans le cadre de retranscription de réunions ou conférences, et peu lors de retransmissions en direct. L'une de ses rares utilisations en temps réel remonte à novembre 2016, à l'occasion d'une interview sur France Inter de Christiane Taubira, alors même que se tenait la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées. 

Et pour l'apparition de "ér ér ér" au beau milieu d'une phrase? Il s'agirait d'une tentative d'effacer une erreur à l'écran. Frapper sur les touche r droite et r gauche permet en théorie de supprimer une faute. "On peut voir que la personne a décalé un doigt à gauche pour toucher la touche "e", qui est juste à côté", explique une vélotypiste. "Au lieu d'effacer trois syllabes, ça a juste tapé "ér ér ér"". 

La vélotypie a beau comporter son lot d'erreurs lors d'une retranscription en direct, elle présente un avantage indéniable: une plus grande réactivité que le sous-titrage activable manuellement sur un téléviseur, qui s'en remet cette fois-ci à la reconnaissance vocale. "La reconnaissance vocale comprendra a priori moins d'erreurs que la vélotypie mais pâtira d'un plus long délai d'affichage", complète Evelyne Hamon. "Mais le nombre de fautes visibles en direct hier m'apparaît comme un simple manque de professionnalisme". 

dossier :

Emmanuel Macron

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech