BFM Tech

Attentats: le ministre de l'Intérieur réclame le retrait d'une photo choquante

Le groupe Eagles of Death au Bataclan, avant l'attaque terroriste.

Le groupe Eagles of Death au Bataclan, avant l'attaque terroriste. - Marion Ruszniewski / Rock&Folk / AFP

Le ministre de l'Intérieur a demandé par réquisition judiciaire à Twitter et Facebook de retirer de leurs pages une photo prise au Bataclan montrant les victimes décédées dans la salle de concert.

Les victimes des attentats perpétrés le 13 novembre 2015 et leurs familles méritent le respect. Aussi, le ministère français de l'Intérieur a demandé dès lundi dernier à Twitter et Facebook, par réquisition judiciaire, de retirer de leur réseau une photo prise au Bataclan après l'attentat, montrant des corps jonchant le sol, ont révélé plusieurs sources ce mercredi.

Cette réquisition invoque une "atteinte grave à la dignité humaine" ainsi qu'une "atteinte au secret de l'enquête". Les deux réseaux ont obtempéré mais uniquement sur le territoire français.

"Nous avons reçu cette requête lundi. Et dès que la photo est signalée par un internaute, nous la faisons disparaître", a indiqué un porte-parole de Facebook, qui n'intervient jamais au préalable sur les contenus publiés par ses membres. "Le signalement par notre communauté est le moyen le plus rapide" pour repérer un contenu, a-t-il ajouté.

De son côté, Twitter applique, de manière systématique un filtre gris qui masque le tweet contenant la photo incriminée, pour les internautes basés en France, a confirmé une source proche du dossier. Cette technique est appliquée par le site pour toutes les requêtes judiciaires de censure, dans le pays d'où émane cette requête.

Spontanément, de nombreux utilisateurs de Twitter, Instagram ou Facebook appelaient déjà depuis plusieurs jours à ne pas diffuser la photo du Bataclan, parue dans la presse étrangère.

C.B., avec AFP