BFM Business

Affaire Pegasus: les iPhone d'Emmanuel Macron, trop peu sécurisés?

Le numéro de téléphone d'Emmanuel Macron est apparu dans les fichiers liés à l'affaire de cyberespionnage Pegasus. Pourtant, le président dispose de plusieurs appareils sécurisés, qu'il n'utilise pas systématiquement.

Le 18 juillet dernier, dix-sept médias publiaient une enquête révélant un système de cyberespionnage d'envergure mondiale, porté par Pegasus, un logiciel créé et vendu par l'entreprise israélienne NSO. Parmi les 50.000 numéros ayant permis d'identifier l'intru dans les smartphones, un se démarque: celui du président de la République, apprenait BFMTV le 20 juillet.

Pour l'heure, Emmanuel Macron est "une cible visée". L'enquête pour déterminer si les téléphones du président ont été infectés est en cours. L'hypothèse semble plausible: le président est connu pour être "un accro du smartphone", et des applications de messagerie instantanée, comme Whatsapp ou Telegram.

Comme le précise Le Monde, l'un des médias à l'origine des révélations de l'affaire Pegasus, le président ne se sépare jamais de ses deux iPhone. Or, le rapport technique d'Amnesty International le précise bien: les appareils d'Apple ne sont pas en mesure de contrer les attaques de Pegasus. Et, selon les images récentes, le président les utilise au quotidien.

Des appareils sécurisés... Mais contraignants

Pourtant, le chef d'Etat dispose d'un arsenal d'appareils à sécurité renforcée. Depuis 2006, les présidents de la République ont accès à un Teorem, et Emmanuel Macron n'a pas fait figure d'exception. Ce téléphoneà clapet ultra-sécurisé est fabriqué et fourni par Thales. Les communications chiffrées ne s'effectuent qu'entre Teorem.

Le téléphone Teorem de Thales
Le téléphone Teorem de Thales © DGA

Selon un compte-rendu du Sénat relayé par Le Monde, trente de ces combinés ont été fourni aux collaborateurs et proches du président. Impossible donc de l'utiliser comme un appareil du quotidien, d'autant que sa mise en place nécessite une équipe spécialisée qui entoure Emmanuel Macron.

Le chef de l'état dispose également d'un Samsung Galaxy S7 Edge qui a reçu des améliorations de sécurité. Il utilise la technologie CryptoSmart fournie par Ercom, spécialiste de la cybersécurité. Des téléphones du même acabit ont été également distribué à son entourage.

"On ne peut pas utiliser un Google doc"

Moins contraignant que le Teorem, ce Samsung semble toutefois ne pas faire l'unanimité à l'Elysée. Selon des collaborateurs du président interrogés par Le Parisien, la sécurité renforcée inhérente à ces appareils les rend "peu pratiques". Conçu pour un usage limité aux communications de base, il est impossible d'y télécharger des applications de messagerie, par exemple.

"Rares sont ceux qui s'en servent", précise Le Parisien. "Partager un Google doc ou aller sur Whatsapp" sont autant de contraintes mises en évidence par les proches du président.

En effet, ces activités sont peu sécurisées: la messagerie Whatsapp est régulièrement sujette à des polémiques concernant l'utilisation des données personnelles ou encore le chiffrement efficace de ses contenus.

Victoria Beurnez