BFM Normandie
Normandie

Les vaches jugées trop nombreuses par la Cour des comptes, les éleveurs normands de la filière inquiets

Dans un rapport publié lundi, la Cour des comptes estime que les bovins sont responsables de 11,8% des émissions de gaz à effet de serre en France.

Y'a-t-il trop de vaches en France? Oui selon la Cour des comptes. Dans un rapport dévoilé lundi, elle estime que les bovins sont responsables de 11,8% des émissions de gaz à effet de serre en France en raison de leur rejet de méthane.

Face à ce trop-plein de vaches, près de 17 millions en France, la Cour des comptes recommande de diminuer le nombre leur nombre et d'accélérer la reconversion des éleveurs.

Des éleveurs inquiets

En Normandie où la région compte 16.500 élevages bovins, cette analyse surprend les éleveurs. C'est notamment le cas de Michel Canu, agriculteur et éleveur qui a agrandi son exploitation ces dernières années. Cette dernière compte aujourd'hui 180 vaches.

Dans "les années où on s'est installé, on nous disait toujours 'il faut produire, la production, tout le monde en aura besoin", explique l'éleveur au micro de BFM Normandie.

Pour le représentant de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) de la Seine-Maritime, ce rapport met à mal la filière.

"La Seine-Maritime a perdu 60.000 bovins en dix ans. Qu'est-ce qu'on va faire? Doit-on devoir aller chercher du travail ailleurs?", s'interroge Stéphane Donckele.

Il demande donc aux pouvoirs publics "d'amener des solutions", afin d'aider les agriculteurs. Il assure également que "la filière est en train de se prendre en main là-dessus pour travailler sur la partie alimentation des animaux pour qu'ils rejettent le moins possible".

Benoît Peschard, éleveur dans le Calvados, explique notamment que l'alimentation des vaches est "enrichie avec des Oméga 3 et 6 avec des tourteaux de lard".

Un rassemblement devant le ministère de l'Économie

Dans une lettre ouverte publiée sur les réseaux sociaux, la Fédération nationale bovine (FNB) a demandé des comptes à Élisabeth Borne. "Nous voulons savoir quel avenir votre gouvernement entend réserver à notre secteur", écrit la FNB.

Un rassemblement a été organisé ce jeudi matin devant le ministère de l'Économie pour "demander du respect" et affirmer que les éleveurs "ne cautionneront jamais la stratégie malhonnête du gouvernement qui consiste à fixer tous les projecteurs sur les émissions de méthane de nos vaches, pour mieux détourner le regard des vrais enjeux."

Manon Modicom et Mathilde Calloc'h avec Thibault Nadal