BFM Marseille

Marseille: pourquoi les éboueurs font-ils grève?

Une grève des éboueurs a débuté à Marseille

Une grève des éboueurs a débuté à Marseille - BFMTV

La CGT avait lancé un appel jeudi soir et a été rejointe par le syndicat majoritaire Force Ouvrière ce lundi. Les éboueurs protestent contre la réforme du temps de travail et le passage aux 35 heures.

Poubelles qui débordent, déchets qui jonchent les rues, c'est à nouveau le quotidien de nombreux Marseillais, depuis qu'une grève des éboueurs a débuté. Celle-ci avait commencé dès jeudi dernier dans certains quartiers mais depuis ce lundi soir, elle a été étendue à l'ensemble de Marseille. Ce mardi, de nombreuses ordures et poubelles s'entassent dans les rues de la ville. Les habitants sont eux dépités face à cette situation.

"Vous vous rendez compte de ce qu'on va avoir? Si la pluie vient, ça va être tout éparpillé, c'est affreux", s'inquiète une habitante sur BFM Marseille Provence.

Le passage aux 35 heures au coeur de la colère

La CGT avait lancé l'appel à la grève jeudi dernier, elle a été rejointe ce lundi soir par le syndicat Force Ouvrière (FO), majoritaire dans la profession à Marseille. Les éboueurs protestent contre la réforme du temps de travail. En effet, à partir du mois de janvier, ils vont devoir passer aux 35 heures par semaine. Pour le moment, ils travailleraient entre 3h et 3h30 chaque jour, six jours dans la semaine.

Le temps de travail des éboueurs dans la métropole d'Aix-Marseille.
Le temps de travail des éboueurs dans la métropole d'Aix-Marseille. © BFM Marseille

Mais à partir du 1er janvier, leur temps de travail doit augmenter de plus de deux heures par jour pour passer à 5h42 en une journée. Selon le syndicat Force Ouvrière, cela reviendrait à une augmentation totale de 28 jours par an sans augmentation de salaire. Pour les syndicats, cette mesure est inacceptable.

"Je pose la question, à toute la population qui légitimement puisse s'inquiéter, même s'énerver de cette grève, est-ce qu'ils accepteraient de travailler 28 jours de plus sans un euro de plus? (...) La grève était inévitable et tout le monde le sait", assure Patrick Rué, secrétaire général FO des agents territoriaux de Marseille.

La Métropole veut se conformer à la nouvelle réforme de la fonction publique

Cette décision a été prise par la Métropole d'Aix-Marseille-Provence afin de se conformer à la loi sur l'organisation du temps de travail des éboueurs. En effet, la réforme de 2019 de la fonction publique dans les collectivités publiques territoriales entre en vigueur en janvier prochain.

Celle-ci met fin aux régimes dérogatoires accordés à certains agents de la fonction publique. Elle harmonise ainsi le temps de travail pour tous les agents, même si certains aménagements en fonction de la pénibilité sont possibles. Le syndicat Force Ouvrière appelle lui à prendre en compte la spécificité de Marseille qui rend plus difficile le travail des éboueurs.

"La dangerosité, la pénibilité qu'il y a à Marseille, pour le même travail, vous ne retrouvez pas la même difficulté à Annecy ou bien à Evian. Marseille est quand même une ville spéciale chacun le sait, avec une saleté importante dans les rues", explique le secrétaire général de FO.

Des premières négociations pour tenter de trouver des solutions ont échoué entre Force Ouvrière et la Métropole. Celle-ci a déjà proposé 5% d’heures en moins, une solution refusée par les syndicats. Les deux parties devraient malgré tout continuer à négocier dans les prochains jours. La Métropole explique elle, être limitée par le droit du travail.

"C'est le cadre de la loi qui va nous fixer nos marges de manœuvre qui nous permettront de négocier. Je pense que la raison va l'emporter", soutient Roland Mouren, vice-président de la Métropole délégué à la propreté.

Une grève partie pour durer?

Si les négociations entre les syndicats et la Métropole se prolongent, la grève pourrait bien continuer pour une durée indéterminée. En décembre 2020, une précédente grève des éboueurs marseillais avait duré près de deux semaines. Elle avait concerné plus de 200 salariés de l'entreprise Derichebourg-Polyceo, chargée du ramassage des déchets dans les 2e, 15e et 16e arrondissements de la ville.

Des poubelles dans Marseille, lors de la grève de décembre 2020.
Des poubelles dans Marseille, lors de la grève de décembre 2020. © NICOLAS TUCAT / AFP

A l'époque, les éboueurs dénonçaient leurs conditions de travail et le harcèlement du directeur du site et de son adjoint. La mutation des deux hommes était demandée. Les revendications des grévistes, soutenus par Force Ouvrière, avaient finalement été acceptées. Au total, plus de 900 tonnes de déchets n'avaient pas pu être collectées en raison de la grève.

Marseille connaît régulièrement des grèves des éboueurs. L'une des plus importantes est probablement celle d'octobre 2010.

Des poubelles ramassées à Marseille par la Sécurité civile, lors de la grève d'octobre 2010.
Des poubelles ramassées à Marseille par la Sécurité civile, lors de la grève d'octobre 2010. © Gérard Julien - AFP

Au bout de neuf jours sans ramassage, 8.000 tonnes de déchets s'étaient accumulés dans les rues marseillaises. Le préfet des Bouches-du-Rhône avait alors réquisitionné la Sécurité civile pour collecter les ordures.

Gauthier Hartmann