BFM Marseille
Marseille

Marseille: 38°C à l'ombre dans une cour d'école, des parents se mobilisent

Des parents d'élèves alertent sur la situation au sein de l'école Michelet Foch dans le quartier des 5 avenues à Marseille. Jusqu'à 38°C ont été enregistrés la semaine dernière à l'ombre dans la cour.

"Certains élèves se plaignent de malaises, de saignements de nez." Au sein de l'école Michelet Foch à Marseille, dans le quartier des 5 avenues, jusqu'à 38°C ont été enregistrés le vendredi 17 juin à l'ombre, dans la cour, indiquent des parents d'élèves.

"On a aucun arbre, aucun préau qui permette vraiment de mettre les élèves à l'ombre", dénonce Gwenaëlle, une parente d'élève de l'école Michelet Foch de Marseille.

Face à cette situation, liée aux fortes chaleurs qui ont touché la France la semaine dernière, le personnel de l'école avait demandé à ce que les élèves aient, avec eux, casquette ou chapeau pour se protéger du soleil.

Davantage de végétalisation

Au-delà du risque pour la santé des élèves, Gwenaëlle note que les écoliers sont souvent "fatigués" à l'issue de ces journées. Pierre, un autre parent d'élève, avait lui fait le choix de ne pas mettre sa fille à l'école un matin "pour qu'elle se repose".

"On a reçu des mails de la part de l'école pour avertir qu'il est compréhensible que l'on ne mette pas nos enfants [en classe, ndlr]", poursuit Pierre.

Les parents d'élèves ont demandé à la ville de Marseille, propriétaire de l'école, d'installer un préau ou de végétaliser davantage la cour. "On interpelle la mairie depuis 5 ans, affirme Céline, une parente d'élève. C'est un problème récurrent."

Seul un arbre métallique a été installé il y a quelques années, "mais il ne fait pas d'ombre", ajoute Céline. "Chaque jour, 350 élèves âgés de 3 à 12 ans sont exposés à des températures extrêmes", indique un communiqué du mouvement MPE 13.

D'autres écoles marseillaises connaissent une situation semblable. C'est le cas dans le 13e arrondissement, dans l'école Parade où des parents d'élèves ont installé des brumisateurs sous le préau afin d'apporter un peu de fraîcheur aux élèves.

Par Manon Mugica et Amaury Tremblay