BFM Lyon
Lyon

Rhône: le département presque intégralement placé en "crise" sécheresse

Au total, cinq secteurs du département sont désormais concernés par les restrictions les plus fortes.

La préfecture du Rhône a publié ce jeudi un arrêté actant le passage de quatre nouvelles zones -au nord et au centre du département- en niveau de "crise" sécheresse, en plus de la zone 5, qui l'était déjà.

Tout le territoire au nord de Lyon concerné

Le Rhône est à sec. C'est pourquoi la préfecture franchit ce nouveau palier. La majeure partie du département est désormais concernée par des mesures de restriction d'usage de l'eau. Elles s'appliquent aux zones 1, 2, 3, 4 et 5 définies par la direction départementale des territoires.

Les différents niveaux de sécheresse dans le Rhône ce début août
Les différents niveaux de sécheresse dans le Rhône ce début août © Préfet du Rhône

La préfète du Rhône, Vanina Nicoli, explique sur BFM Lyon que la décision a été prise compte tenu des prévisions météorologiques des prochains jours: "Il n'y a pas de perspectives, pour les quinze prochains jours, de précipitations qui soient de nature à recharger la ressource en eau superficielle". Il y a, selon elle, une nécessité de "maintenir les contrôles et les restrictions" pour la préfecture.

La "crise" sécheresse est le niveau d'alerte le plus élevé possible. Il entre donc en vigueur dans le nord du département et jusqu'à Lyon et sera valable sur toute la partie ouest du fleuve jusqu'à Grigny. Dans les zones concernées, de nombreuses interdictions sont mises en place.

L'arrosage des espaces verts publics et privés, des pelouses des stades et d'autres espaces sportifs, des pelouses et des massifs de fleurs est proscrit. Il est également interdit d'arroser les jardins potagers de 9 heures à 20 heures.

Laver les véhicules, remplir, vidanger ou maintenir à niveau les piscines privées est interdit, tout comme le nettoyage des façades, toitures, trottoirs et autres surfaces imperméabilisées. Les fontaines publiques et privées en circuit ouvert doivent être coupées.

Les infractions à ces restrictions pourront être sanctionnées par une contravention allant jusqu'à 1500 euros pour un particulier et 7500 euros pour une personne morale.

Le reste du territoire, comprenant les zones 6, 7, 8 et 9 au sud du département, reste en alerte renforcée.

Hugo Francés