BFM Lyon
Lyon

Rhône: à Saint-Genis-Laval, le squat de "la Mouche" évacué par les forces de l'ordre

Illustration d'un véhicule de la gendarmerie.

Illustration d'un véhicule de la gendarmerie. - Diarmid COURREGES © 2019 AFP

29 familles, dont 13 enfants, ont été relogées dans des centres d'hébergement d'urgence ce mardi matin.

Elles s'y étaient établies en avril 2021. Ce mardi matin, les familles qui occupaient illégalement un site industriel de la rue de la Mouche, à Saint-Genis-Laval (Rhône), ont été évacuées par les forces de l'ordre.

Les familles relogées

L'évacuation des six familles, principalement originaires de l'Europe de l'Est, encore présentes sur place "s'est déroulée dans le calme", affirme la préfécture du Rhône. "Un recensement de l'ensemble des ménages installés sur ce site a été réalisé pour identifier les situations et vulnérabilités individuelles", ajoute-t-elle. Jusqu'à 150 personnes ont vécu simultanément sur les lieux.

Les 29 personnes, dont 13 enfants, sont d'ores et déjà relogées dans des centres d'hébergement d'urgence de la métropole et ont été prises en charge par la Direction départementale de l'emploi, du travail et des solidarités, assure la maire (UDI) de la commune, Marylène Millet. Cette dernière était présente lors de l'opération menée conjointement entre les services de l'État, de la Métropole de Lyon et de la Ville de Saint-Genis-Laval.

"Troubles à l'ordre public" et "insalubrité"

"Les risques sanitaires en raison des conditions extrêmes d'insalubrité (immondices, ordures, rats...) des lieux ainsi que les troubles à la tranquillité aux abords du site ont nécessité l'évacuation de ce squat", écrit la préfecture dans un communiqué.

Plusieurs plaintes ont été déposées par la municipalité depuis l'installation du campement, pour "vol d'électricité" ainsi que "vol d'eau courante". Plusieurs incidents ont par ailleurs été recensés ces derniers mois aux abords du squat.

"La situation de ce squat a eu des conséquences graves sur la salubrité et la tranquillité publiques. De nombreux vols, agressions et atteintes dramatiques à la salubrité publique nous ont poussé à agir presque quotidiennement pour assurer la protection des habitants et des entreprises saint-genoises. Avec pas moins d’une cinquantaine d’interventions de la police municipale et de la gendarmerie nationale, les troubles à l’ordre public, les vols d’énergie, les cambriolages et les activités parfois mafieuses du site nous ont contraint à agir fermement", a écrit Marylène Millet dans un communiqué.

Des opérations de nettoyage et de dératisation du site vont désormais être menées. Les lieux seront sécurisés par les forces de l'ordre afin d'éviter toute nouvelle intrusion.

Sarah Boumghar