BFM Lyon

Policiers municipaux frappés à Lyon: jusqu'à deux ans de prison pour leurs agresseurs

Trois individus étaient jugés mardi pour l'agression de deux policiers municipaux dimanche à Lyon.

De la prison ferme pour les agresseurs des deux policiers municipaux frappés et insultés dimanche à Lyon. Jugés en comparution immédiate par le tribunal correctionnel, les trois individus interpellés dimanche peu après l'agression ont écopé de peines allant d'un à deux ans d'emprisonnement, avec 6 à 12 mois de sursis.

Ils ont été condamnés pour violences et outrages sur agent dépositaire de l'autorité publique. Dimanche matin, ils avaient roué de coups un agent de la brigade motocycliste de la ville Lyon appelé en fin de matinée avec un collègue pour arrêter un tapage.

Deux des agresseurs immédiatement incarcérés

La peine la plus lourde a été attribuée à l'auteur du premier coup, un trentenaire de la Croix-Rousse, déjà connu pour des faits de violences et de vols. Il a été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme. Les deux autres se sont vu infliger respectivement 18 mois de prison dont six mois ferme, et un an d'emprisonnement dont six mois ferme. À l'issue du procès, deux des trois protagonistes ont été immédiatement incarcérés à la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône. Ils ont également été condamnés à verser solidairement 1500 euros à chacun des policiers.

"La peine est forte, mais sans doute est-elle à la mesure du trouble causé et de la violation des règles de la vie en société qui ont été commises par ceux qui se sont livrés à ces actes purement gratuits et uniquement guidés par la haine", a réagi Me Laurent Bohé, avocat des parties civiles, après l'audience au micro de BFM Lyon. Lors du procès, la procureure avait requis 30 mois de prison pour deux des trois protagonistes.

De son côté, Me Christophe Bruschi, avocat d'un des prévenus, juge la peine disprotionnée. "Ça méritait une sanction mais pas ce type de santion (...) qui est une sanction qui est là pour casser un jeune qui ne méritait pas ça", a-t-il indiqué.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions