BFM Lyon
Lyon

Lyon: des militants associatifs violemment agressés, l'extrême-droite pointée du doigt

La librairie libertaire "La Plume Noire", à Lyon

La librairie libertaire "La Plume Noire", à Lyon - Capture d'écran - Google Street View

L'Union Communiste Libertaire de Lyon a dénoncé l'agression de deux militants associatifs survenue samedi lors d'une collecte de jouets organisée dans sa libraire libertaire.

Des militants associatifs ont été violemment agressés samedi dans la librairie libertaire La Plume Noire, situé le 1er arrondissement de Lyon. Dans un communiqué transmis à BFM Lyon, l'UCL de Lyon (Union Communiste Libertaire), à qui appartient le local de la Plume Noire, explique que la librairie accueillait alors une collecte de jouets et de vêtements organisée par l'association Pour l'Egalité Sociale et l'Ecologie (PESE).

"Le 12 décembre au soir alors que la librairie "La Plume Noire" accueillait une collecte de dons, de jouets entre autres, des militants d'extrême droite attendaient en embuscade. Lorsqu'il n'est resté que deux militants dans les locaux ils les ont attaqués et tabassés", écrit l'UCL.

"Une pluie de coups"

Dans leurs plaintes qui ont pu être consultées par Libération, les deux bénévoles agressés relatent "une pluie de coups, des coups de poings, des coups de genou", portés par "un groupe d'une dizaine d'individus de type européen, tous assez costauds, habillés de [vêtements sombres]" et "dissimulant leur visage à l’aide d’un passe-montagne".

D'après les informations du quotidien, l'un des deux membre de PESE agressés souffre de fractures au nez, à la pommette et à l'arcade. Les victimes se sont vues prescrire des jours d'ITT.

La librairie déjà menacée "par une vingtaine de fascistes"

Si l'agression n'a pas encore été revendiquée, les soupçons de l'UCL se portent actuellement sur des militants d'extrême-droite, du GUD ou de Génération identitaire, deux groupuscules bien implantés dans la métropole lyonnaise. Il y a quelques mois, des avocats de Lyon demandaient déjà au préfet de police d'intervenir face à la multiplication des actions menées par des milices d'extrême-droite.

"Le lieu qui accueillait la collecte a déjà subi par le passé des menaces, des collages sur sa devanture et une attaque en 2016 par une vingtaine de fascistes", expliquent l'UCL et Solidaires Rhône dans un communiqué commun.

"Nous demandons à nouveau à la mairie, au Préfet et au gouvernement de dissoudre Génération Identitaire et de fermer les locaux lui appartenant", écrit par ailleurs l'UCL.

La mairie et la préfecture ne se sont pour l'instant pas exprimées sur l'affaire. Une enquête est en cours pour faire la lumière sur cette agression.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions