BFM Lyon

Lyon: la mairie fixe de nouveaux critères écologiques pour ses appels d'offre

Un nouveau cahier des charges a été établi afin que les entreprises sélectionnées pour les appels d'offre de la mairie répondent à de nouveaux critères environnementaux et sociaux.

Pour remporter les appels d'offres de la ville de Lyon, il faudra désormais être plus exemplaire en matière de respect de l'environnement. C'est un souhait de la mairie écologiste de Lyon qui a modifié son cahier des charges afin d'ajouter de nouveaux critères pour ses prestataires.

Le Schéma de Promotion des Achats Socialement et Ecologiquement Responsables (SPASER) adopté en conseil municipal le 30 septembre devrait modifier la stratégie d'achats de la ville. Un premier schéma avait été adopté en 2016, mais il comprenait plusieurs insuffisances selon la municipalité écologiste, ce qui l'a poussé à adopter ces nouveaux critères.

"Ce nouveau schéma est construit autour de quatre thématiques: la transition écologique, l’inclusivité, la protection de la santé et d’une alimentation saine des habitant.e.s et des agent.e.s de la Ville, le développement économique responsable et vertueux du territoire", détaille la mairie de Lyon sur son site officiel.

Des critères écologiques et sociaux

Les entreprises honorant des commandes publiques devront notamment utiliser des matériaux bas carbone et économes en énergie et avoir des moyens de transports moins polluants. Les entreprises locales seront également privilégiées puisque la ville souhaite attribuer 50% des marchés annuels aux TPE et PME "du territoire".

Les achats pour les cantines scolaires de la ville sont aussi concernés puisque la mairie veut acquérir davantage de "produits de qualité et durables" (labellisés AB ou AOP notamment)

En terme d'inclusivité, les prestataires retenus devront favoriser l'égalité homme-femmes au sein de leurs équipes. La présence d'employés en réinsertion professionnelle ou de personnes en situation de handicap sera aussi prise en compte.

Pour les entreprises, l'enjeu est important puisque chaque année les commandes publiques de la ville représentent un total de 200 millions d'euros. Ces nouveaux critères pourraient notamment permettre à des entreprises plus vertueuses écologiquement d'être davantage compétitives sur certains appels d'offres.

"Tirer vers le haut le monde économique local"

Le groupe "Envie Rhône-Alpes" fait notamment partie de ces entreprises. Son magasin, situé dans le 7e arrondissement de Lyon, récupère du matériel électroménager, qui est ensuite réparé et remis en vente. Le groupe emploie également de nombreuses personnes en réinsertion professionnelle, l'un des critères établis par la mairie. L'entreprise voit donc d'un bon œil, le nouveau schéma émis par la ville de Lyon.

"Ça va nous donner l'opportunité de regarder d'un peu plus près ces marchés, sachant que selon les solutions et les marchés, on était pas forcément éligible ou positionnés pour", soutient Matthieu Frieh, chargé de communication du groupe.

Il explique que ces nouveaux critères les incitent également à atteindre leurs objectifs en termes d'accompagnement de personnes en réinsertion voire même à en recruter davantage.

La municipalité de Lyon espère, de son côté, que ces nouveaux critères vont inciter les entreprises à prendre des mesures pour être plus respectueuses de l'environnement.

"Celles qui n'ont pas envie de fournir des produits biologiques ou des produits environnementalement neutres ne vendront tout simplement pas à la ville de Lyon. (...) L'idée c'est de tirer vers le haut le monde économique local (...) En tant que clients, ce qu'on attend, ce sont ces produits vertueux, explique à BFM Lyon, Audrey Hénocque, 1ère adjointe du maire de Lyon chargée des finances et de la commande publique.

Ces nouveaux critères devraient concerner 4000 entreprises d'ici à 2026.

Jérémy Pain avec Gauthier Hartmann