BFM Lyon

Fête des Lumières: la préfecture et la mairie de Lyon saisissent la justice après le feu d'artifice géant

Un feu d'artifice géant a été tiré par surprise mardi soir à l'occasion de la Fête des lumières.

Un feu d'artifice géant a été tiré par surprise mardi soir à l'occasion de la Fête des lumières. - Capture d'écran BFMTV

Les autorités dénoncent "un trouble à l'ordre public majeur" occasionné par le feu d'artifice tiré sans autorisation, des tirs "qui auraient pu blesser du public".

Les images ne sont pas passées inaperçues. Un déluge de feux d'artifice a illuminé le ciel lyonnais mardi, soir de Fête des Lumières. La préfecture du Rhône et la municipalité ont peu goûté l'initiative, dénonçant conjointement "un trouble majeur à l'ordre public", et ont annoncé ce mercredi saisir la justice en ce sens.

Dans un communiqué commun, la préfecture et la ville regrettent que les engins pyrotechniques aient été "déposés furtivement" et "sans aucune demande préalable", qui plus est dans un contexte de niveau urgence attentat. Leur utilisation aurait pu engendrer "des dégâts importants et blesser du public, ce qui fort heureusement n'a pas été le cas".

"Faire toute la lumière"

Pour l'heure, le ou les auteurs des tirs de feu d'artifice n'ont pas été identifiés. Mais la préfecture et la mairie indiquent saisir la justice ce mercredi "pour faire toute la lumière sur cette action furtive et coordonnée".

"Le manque de festivités, après des mois de restrictions et de confinement, est un poids difficile à porter pour chacun", admettent la préfecture et la ville de Lyon qui appellent pour autant à "traverser cette période avec sérénité".

Sur les réseaux sociaux, certains se demandent si l'événement n'a pas été organisé par les supporters de foot lyonnais, comme un lot de consolation alors que les festivités du 8 décembre ont été annulées en raison de la crise sanitaire.

Il y a un peu plus d'un an, les membres de "Lyon 1950" avaient déjà enflammé le ciel lyonnais en tirant un feu d'artifice au pied de la colline de Fourvière, à l'occasion de leur dixième anniversaire.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions