BFM Lyon

"Derrière les masques": en immersion avec les soignants lyonnais, épisode 3

BFM Lyon vous propose une série de reportages, en immersion avec les soignants lyonnais mobilisés contre le Covid-19. Ce mercredi, les soignants de l'hôpital Édouard-Herriot racontent les difficultés psychologiques pour gérer cette crise sanitaire.

"Il n'y a pas longtemps, j'ai craqué. J'en pouvais plus, j'étais fatiguée". Véronique Bruyat, est la doyenne des infirmières du service de réanimation de l'hôpital Édouard-Herriot, à Lyon. Mais elle n'est pas pour autant immunisée face à la détresse physique et psychologique qui gagne les soignants, après plusieurs mois de lutte contre la crise sanitaire.

Comme ses collègues, elle garde en mémoire des souvenirs douloureux: les pleurs des parents qui voient leur enfant mourir, les derniers mots d'un malade. Des souvenirs d'autant plus marquants quand il s'agit de patients avec lesquels on a tissé des liens.

"Là, on a le temps de faire connaissance", ce qui fait toute la différence, pour Véronique Bruyat. L'infirmière se veut rassurante au possible avec ses patients. Et leur dit: "Ça va être bon. La crise est passée. Vous n'allez pas avoir besoin d'être intubé... Et puis on revient et ils sont intubés".

Solidarité et réconfort

"Quand on part en repos, reprend Véronique Bruyat, ils nous disent: 'Vous revenez quand? Je ne serai plus là. Je vous dis adieu'". L'infirmière marque une pause: "Pour moi, ça a été très difficile".

Dans les moments durs se manifeste l'esprit de solidarité qui règne entre les infirmières du service de réanimation de l'hôpital Édouard-Herriot. Véronique Bruyat se souvient de cette fois où ses collègues sont venues la soutenir. "On prend le relais, on t'aide", lui ont-elles assuré avant de la réconforter.

Les temps de pause aussi sont propices à ces élans de solidarité. On y parle bien évidemment des difficultés professionnelles quotidiennes mais aussi de sa vie personnelle. De tout et de rien.

"Je vais pas en sortir indemne"

Myriam, aide-soignante à la Clinique du Parc, est venue en renfort à l'hôpital Édouard-Herriot. Elle sait qu'elle gardera des séquelles psychologiques de la crise sanitaire.

"Je vais avoir besoin de recul par rapport à ce que j'ai vécu ici, explique-t-elle avec une pointe d'émotion. Être confrontée à la mort... Ça va tellement vite le Covid. Je vais pas en sortir indemne. Y a quelque chose qui a changé", ajoute-t-elle, sans réellement pouvoir en dire davantage.

Malgré les difficultés, les infirmières du service tentent de rester soudées et espèrent que le calme revienne peu à peu après la tempête.

Cette semaine, retrouvez chaque jour un nouvel épisode de notre série de reportages en immersion avec les soignants lyonnais.

Pour retrouver l'épisode 1 de notre série, intitulé "Tension en réa", cliquez ici.

Pour retrouver l'épisode 2 de notre série, intitulé "Tous au front", cliquez ici.

Hugo Francés avec Florian Bouhot