BFM Lyon

Covid-19: plusieurs clusters détectés dans les prisons de la métropole lyonnaise

En tout, sur les deux prisons touchées, 112 cas positifs au Covid-19 ont été dénombrés. Aucun cas grave n'a pour l'instant été recensé.

La situation épidémique s'améliore sur tout le territoire. La quatrième vague s'éloigne et les contaminations diminuent depuis plusieurs semaines. Cette amélioration se fait notamment sentir dans le Rhône: 136 patients Covid-19 sont hospitalisés aux HCL contre 162 la semaine dernière.

Vaccination insuffisante

Pour autant, malgré ces signes encourageants, il reste des poches de contamination. Le virus se propage notamment dans les prisons. Deux foyers épidémiques ont été dépistés dans des prisons de la région lyonnaise, a indiqué lundi la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) en Auvergne-Rhône-Alpes.

Au total, sur les deux établissements pénitentiaires, 112 cas positifs au Covid-19 ont été dénombrés. Aucun cas grave n'a toutefois été recensé.

À la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, un foyer de Covid-19 a été détecté la semaine dernière, et près de 60 détenus ont été testés positifs. Ce chiffre pourrait d'ailleurs augmenter puisque des dépistages sont encore en cours. A la prison de Saint-Quentin-Fallavier, un autre cluster d'une cinquantaine de détenus a été découvert.

Ces clusters s'expliquent en partie par la promiscuité inhérente à l'emprisonnement, mais aussi par un taux de vaccination encore insuffisant parmi les détenus. Par exemple, au 31 août, à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, à peine plus de 60% des détenus avaient reçu leurs deux doses du vaccin.

Les syndicats expriment leur ras-le-bol

Conformément au protocole sanitaire, les détenus testés positifs sont aujourd'hui placés à l'isolement et n'ont pas de contact avec les gardiens. Ils ont aussi interdiction de participer à des activités de groupe.

Cependant, malgré ces mesures, les syndicats ont exprimé leur "ras-le-bol" après qu'à Lyon-Corbas, un agent a été testé positif. Ils estiment que les surveillants et membres de l'administration pénitentiaire sont dans le flou face à cette recrudescence des cas de Covid-19 derrière les barreaux.

Le syndicat du personnel UFAP-UNSA a déploré dans un communiqué que "côté personnel pénitentiaire, aucun dépistage n'[avait] été réalisé" et "aucune note d’information" ne leur avait été diffusée. "Plusieurs fonctionnaires testés en extérieur se sont déclarés positifs, avec également deux cas positifs chez le partenaire privé Sodexo", affirme également le syndicat.

Mélanie Ferreira et Alicia Foricher