BFM Lyon
Lyon

Appels à témoins, fugues, accusations de viol: ce que l'on sait de la disparition de Lylou

Lylou Clément a disparu le 10 octobre dans le Rhône.

Lylou Clément a disparu le 10 octobre dans le Rhône. - BFMTV

L'adolescente, originaire de Genay, dans le Rhône, n'a plus été vue depuis le 10 octobre. Une enquête a été ouverte pour la retrouver.

Recherches, interrogatoires et perquisitions n'ont pour l'heure abouti sur rien de concret. Lylou Clément, adolescente originaire de Genay (Rhône), n'a plus été vue par ses proches depuis le 10 octobre. Ce n'est pas la première fois que la jeune fille, qui devait fêter son 13e anniversaire samedi dernier, fugue.

• Une enquête ouverte

Gaëlle, la mère de Lylou, a signalé la disparition de sa fille auprès des services de la gendarmerie de Neuville-sur-Saône dès lors qu'elle a constaté la fugue. Une enquête pour disparition inquiétante a immédiatement été diligentée par le parquet de Lyon.

D’importants moyens sont actuellement mis en œuvre pour la localiser la mineure, et notamment l’exploitation des éléments issus de ses fugues précédentes.

• Plusieurs appels à témoins lancés

Lancé peu après la disparition de l'adolescente, le premier appel à témoins n'avait pas permis de glaner d'informations permettant de faire avancer l'enquête. La Gendarmerie nationale en a déclenché un second le 19 octobre.

Dans son signalement, la Brigade de recherche de Lyon indique que Lylou Clément a les cheveux noirs, mi-longs, des yeux verts et des taches de rousseur. Elle porte un piercing au nez.

De corpulence moyenne, l'adolescente mesure 1m60. Le jour de sa disparition, elle était vêtue d'un crop top bleu et d'un pantalon de jogging noir.

La gendarmerie appelle toute personne disposant d'informations sur la jeune fille à contacter les enquêteurs au 06.23.60.26.67.

• Des accusations de viol

En mai 2021, Lylou révèle à sa mère avoir été victime de viols, lesquels se seraient produits en juillet 2020 dans la commune de Villeurbanne. Le 28, Gaëlle se présente à la brigade de gendarmerie de Pont-de-Chéruy pour dénoncer les faits en question. La jeune fille est alors auditionnée. Les premières investigations permettent d'identifier les deux suspects.

En raison du lieu des faits, le parquet de Vienne se dessaisit de l'affaire en décembre 2021 et la confie au parquet de Lyon.

Le 7 septembre dernier, les deux mineurs mis en cause sont placés en garde à vue. Lors de leur audition respective, ils nient les faits. Des confrontations sont réalisées avec la victime mais chacun campe sur ses positions.

À l’issue de leur garde à vue, les deux mineurs sont présentés par le parquet de Lyon à un magistrat instructeur. Ils sont mis en examen des chefs de viol et agression sexuelle sur mineur de 15 ans et placés sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivent actuellement sur commission rogatoire.

En parallèle de cette procédure pénale, en mars 2022, le parquet de Lyon a saisi le juge des enfants de la situation de la jeune mineure sur le plan de l’assistance éducative. Une AEMO -action éducative en milieu ouvert- a été ordonnée en avril 2022. Ce type de mesure est activé lorsque les détenteurs de l'autorité parentale ne sont plus considérés en mesure de protéger et d'éduquer leur enfant dont la santé, la moralité, la sécurité, les conditions d'éducation ou de développement sont gravement compromises.

• "Je la recherche partout"

Gaëlle, la mère de Lylou, a partagé sa détresse quant à la disparition de sa fille au micro de BFM Lyon cette semaine. "Il y a plein de choses qui se passent dans ma tête, souffle-t-elle. Je pense à ma fille nuit et jour. Je la recherche partout. J'essaie d'alerter depuis des jours et des jours pour qu'on m'aide."

Elle reconnaît que l'adolescente "ne va pas bien depuis" les viols, et que la confrontation avec les agresseurs présumés n'a rien arrangé à cela.

"Je pense que tout ça l'a beaucoup remuée, poursuit Gaëlle. C'est très dur dans la tête d'une enfant, de comprendre la justice. Elle aimerait que tout aille plus vite."

La mère de l'adolescente estime que le traumatisme subi par la jeune fille est à l'origine de son comportement et de ses fugues. Ce qui l'interpelle, dans cette dernière, c'est que l'adolescente a quitté son domicile sans affaires, ni téléphone. Si bien qu'elle se demande si Lylou n'est pas sous l'emprise d'une tierce personne.

"Elle est toute petite, elle est naïve encore, elle est influençable. Elle est tellement jolie, poursuit Gaëlle. Il faut qu'on me la rende. Ça pourrait être votre petite sœur ou votre fille. Il faut qu'on sauve mon bébé."

Maxime Brandstaetter avec Florian Bouhot