BFM Lyon

Agressions, incivilités... les pompiers du Rhône ont "la boule au ventre"

Les pompiers seront reçus ce jeudi à la préfecture du Rhône. Ils font part de leur malaise alors qu'ils sont de plus en plus souvent la cible d'agressions.

"Beaucoup d'émotion et un peu de colère". Dans le Rhône, les sapeurs pompiers font part de leur ras-le-bol. Ces derniers jours, plusieurs incidents ont été recensés. Le dernier en date remonte à la nuit du 14 juillet à Villeurbanne. Deux pompiers qui intervenaient sur l'incendie d'un véhicule ont été pris à partie et contraints d'abandonner leur véhicule, qui a par la suite été retrouvé pillé.

"On n'est pas formé pour ce type d'événement, on est là pour porter secours à la population", soupire Rémy Chabbouh secrétaire général SUD pompiers 69, invité ce jeudi sur BFM Lyon.

D'autres faits inquiétants visant des pompiers se sont produits ces derniers jours également. En région parisienne, un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention. Dans l'agglomération lyonnaise, les pompiers sont aussi intervenus lundi soir pour un incendie de véhicule dans lequel avait été placé une bouteille de gaz.

"Là on a passé un cap. C'est véritablement un acte malveillant. La bouteille était chauffée à blanc, prête à exploser", souligne Rémy Chabbouh.

"Ca devient extrêmement dangereux pour nous"

De manière générale, pour lui, plus aucun quartier n'est épargné et les pompiers font face à des individus qui ont "une volontaire de faire mal". Ils voient apparaître des phénomènes d'incendies volontaires qui mettent en danger la population mais aussi leurs interventions, comme des incendies de véhicules dans des parkings souterrains. "Ca devient extrêmement dangereux pour nous", résume le sapeur pompier. Ces agressions et actes de malveillance ont des effets directs sur les casernes.

"Il n'y a jamais eu autant de démissions dans les rangs des sapeurs pompiers, c'est quelque chose de nouveau qu'on n'avait pas vu venir", explique-t-il.

Les sapeurs pompiers seront reçus ce jeudi après-midi à la préfecture du Rhône et prévoient de présenter une série de revendications. Ils défendent notamment l'anonymisation des plaintes pour éviter les représailles, notamment à l'encontre des sapeurs pompiers volontaires.

Parmi les autres mesures demandées: l'arrêt des intervention de maintien de l'ordre lors de manifestations par exemple. "Nous souhaitons que les sapeurs pompiers n'interviennent plus pour faire du maintien de l'ordre, ce n'est pas du tout nos missions", insiste Rémy Chabbouh. Les pompiers demandent aussi la généralisation des caméras piéton et une extension de ces caméras aux véhicules d'intervention.

Selon les derniers chiffres de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) parus en décembre dernier, 3411 pompiers ont été victime d'une agression en 2018. Un chiffre en augmentation de 21%.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions