BFM Lille

Lille: une lycéenne transgenre se suicide, le rectorat défend l'établissement

Le lycée Fénelon, à Lille.

Le lycée Fénelon, à Lille. - Capture d'écran Google Maps

Le rectorat annonce ce jeudi soir qu'une cellule psychologique a été mise en place pour venir en aide au personnel et aux élèves. Plusieurs d'entre eux pointent ce jeudi la responsabilité de l'établissement.

C'est "un événement dramatique qui bouleverse l'ensemble de la communauté éducative". Fouad, une lycéenne transgenre s'est suicidée mardi à Lille, a-t-on appris ce jeudi soir auprès du rectorat par le biais d'un communiqué. Sa mort a suscité une vite émotion sur les réseaux sociaux.

L'élève, présentée par le rectorat comme un garçon qui avait fait part "de sa volonté de changer d'identité sexuelle", était scolarisée en terminale au lycée Fénelon de Lille. Elle "a mis fin à ses jours au sein de son foyer d'accueil", est-il précisé.

Fouad, qui faisait face à de nombreuses difficultés personnelles, familiales et sans doute amoureuses, aurait tenté de se suicider au cours du week-end.

Conscient que l'élève "se trouvait d'un contexte personnel complexe", le rectorat assure que Fouad était accompagnée "dans sa démarche par l'équipe éducative de son foyer et son établissement scolaire".

"Humiliée par la CPE"

Une affirmation remise en question par différents internautes sur les réseaux sociaux. Certains pointent la responsabilité de l'établissement dans le passage à l'acte de l'élève.

Selon nos informations, Fouad s'est rendue au lycée en jupe le 3 décembre. Une tenue qui a fait l'objet d'une discussion, filmée et diffusée sur Twitter, entre l'élève et la CPE. La lycéenne est alors repartie avec son éducatrice. Elle a pu revenir par la suite, après discussion avec l'équipe éducative. Plusieurs élèves lui avaient alors manifesté leur soutien.

La CPE, qui aurait "humilié" Fouad aux yeux de certains d'entre eux, a fait l'objet d'un déferlement de messages accusateurs ces dernières heures.

Jean-Yves Guéant, président de la Fédération des conseils de parents d'élève (FCPE) du Nord, a confirmé à l'Agence France-Presse (AFP) que l'élève avait été renvoyée chez elle début décembre car elle portait une jupe.

Mais "aucun élément, à ce jour", ne permet de lier ces faits, au suicide de l'élève, "qui vivait par ailleurs dans un foyer de l'ASE" et avait d'autres "difficultés".

La responsabilité de l'établissement écartée?

"Une discussion avait eu lieu" entre l'élève et l'établissement, et "à priori d'après l'équipe et la famille, l'affaire était résolue", a-t-il poursuivi, regrettant la diffusion de la vidéo et mettant en garde contre les "fake news".

"Il est très compliqué de comprendre ce qui peut se passer dans la tête d'un jeune qui prend ce genre de décision (...) mais à priori, la responsabilité de l'établissement a été écartée", a-t-il conclu.

"J'apprends avec une grande émotion et une profonde tristesse la mort d'une lycéenne transgenre à Lille. Toutes mes pensées vont vers ses proches et ses camarades", a réagi dans un tweet la maire PS, Martine Aubry.

Le rectorat indique qu'une cellule d'écoute psychologique a été déployée au sein de l'établissement. "Elle sera maintenue autant que de besoin". La rectrice, en conclusion du communiqué, a fait part de "son émotion et son soutien aux élèves et aux membres de l'équipe éducative".

Véronique Fèvre et Florian Bouhot avec AFP