BFM Lille

"Dysfonctionnements" du réseau TER: la région Hauts-de-France suspend ses paiements à la SNCF

Un TER en gare de Lille Flandres

Un TER en gare de Lille Flandres - PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'exécutif régional déplore des retards, des suppressions et des manques de personnel ou de matériel depuis plusieurs mois. Il somme la société ferroviaire de rétablir la qualité du service.

Cela fait plusieurs mois que la région Hauts-de-France déplore les "nombreux dysfonctionnements rencontrés quotidiennement" par les usagers des TER. Retards, suppressions, manque de matériel ou de personnel sont fréquemment pointés du doigt par l'exécutif régional.

Une somme d'environ 44 millions d'euros pour le mois de décembre

Regrettant que ces problèmes subsistent, la région a décidé de suspendre ses paiements dus à la SNCF "dans l'attente d'un redressement de la qualité de service", a-t-elle annoncé ce mercredi matin par voie de communiqué.

"On cesse de payer aujourd'hui, ça représente pour le mois de décembre, une somme d'environ 44 millions d'euros. (...) Le mois de novembre a été pire encore que le mois d'octobre alors que la SNCF nous avait promis de mettre des moyens supplémentaires", soutient Franck Dhersin, vice-président de la région en charge des transports.

Dans son dernier bilan, l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) "positionne les Hauts-de-France en dernière position des classements de régularité (taux d'annulation et taux de retard)".

"On a moins de matériel, on a beaucoup de trains courts et il y a toujours autant de suppressions dues à l'absence de personnels, de conducteurs dans les trains ou de chefs de bord" se désole Franck Dhersin.

Le 21 octobre dernier, l'élu estimait que les difficultés rencontrées par les usagers sont la conséquence d'une politique de ressources humaines qu'il juge "mauvaise". "Je ne mets pas en cause le personnel de la SNCF, il fait ce qu'il peut, tient-il à souligner, mais l'organisation qui ne fonctionne pas aujourd'hui."

Une réunion prévue vendredi

Fin octobre, la SNCF avait lancé "un plan immédiat de redressement" après les menaces de sanction de la région. Celui-ci prévoyait notamment "un renfort des moyens humains et matériels". Cependant, "la situation n'a pas été redressée" aux yeux de la région présidée par Xavier Bertrand.

De leur côté, les usagers accueillent plutôt bien la nouvelle de cette suspension et souhaitent qu'elle entraîne des changements à la SNCF.

"On espère que la SNCF va prendre conscience de l'état de délabrement dans lequel le service se trouve aujourd'hui et va prendre vraiment des mesures", souligne Gilles Laurent, président d'une fédération d'usagers des transports des Hauts-de-France.

Une réunion entre l'exécutif régional et la société ferroviaire est prévue ce vendredi.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions