BFM Lille

Boulogne-sur-Mer: des filets de pêches biodégradables testés cet été

L'objectif de ces filets biodégradables est de créer une alternative aux filets de pêche classiques qui s'avèrent très polluants, une fois perdus en mer.

Au large de Boulogne-sur-Mer, le Parc naturel marin a présenté jeudi dernier la deuxième phase d'expérimentation d'un filet de pêche biodégradable, une première en France.

Après une année de test au bord du navire Néreïdes II, le Parc naturel marin a conclu sur son site que "les 10% de filet biodégradable embarqués et utilisés durant la saison estivale 2020 ont pêchés de manière plutôt similaire au filet classique".

Des filets classiques très polluants

Le filet a néanmoins connu quelques modifications pour être plus performant mais aussi se rapprocher des filets de pêche classiques. Ces derniers sont en réalité très polluants quand ils sont perdus en mer, d'où l'envie de créer une alternative plus écologique.

"Le constat est tout simple et planétaire: c'est malheureusement une quantité de plastique rejetée dans nos océans qui augmente chaque année", a expliqué Frédéric Fasquel, directeur délégué chez Parc naturel marin des estuaires Picards et la mer d'Opale à l'antenne de BFM Grand Littoral.

Pour développer une pêche plus responsable écologiquement, le Parc naturel marin travaille donc "avec des bureaux d'études qui ont des brevets sur la composition de la matière biodégradable et biosourcée" mais aussi "des partenaires locaux, les pêcheurs professionnels".

Quatre essais en mer

Pour cette deuxième phase de test des filets biodégradables, quatre essais en mer sont prévus dont trois dans les secteurs de Boulogne-sur-Mer.

D'après le Parc naturel marin des estuaires Picards et la mer d'Opale, les pêcheurs utiliseraient trois tonnes de filets en nylon chaque année, ce qui représente une grande quantité de déchet dont le recyclage est impossible.

Marine Langlois