BFM Business

Voi et ses trottinettes à l'assaut de l'Europe

Des dizaines de trottinettes en train de recharger dans le nouvel entrepôt de VOI à Alfortville (Val-de-Marne).

Des dizaines de trottinettes en train de recharger dans le nouvel entrepôt de VOI à Alfortville (Val-de-Marne). - BFM

Avec sa levée de fonds de 76 millions d'euros, l’opérateur suédois de trottinettes électriques en libre-service veut renforcer sa présence en Europe. Et gagner l’appel d’offres de Paris pour 2020.

On reconnait ses trottinettes à leur couleur noire et saumon, circulant à Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille. Et on pourrait les voir plus souvent encore. Car l’opérateur suédois Voi vient de lever 76 millions d’euros de fonds pour tout son réseau européen. Ils serviront à renforcer son implantation, améliorer sa plateforme et lancer de nouveaux modèles.

Présente dans 38 villes d’Europe, l’entreprise doit faire face à une rude concurrence. Rien qu’à Paris, on compte huit opérateurs de trottinettes électriques en libre-service, comme Lime, la verte et noire arrivée des Etats-Unis en 2018, ou Jump, lancée par Uber.

Des installations contrôlées

Voi, elle, arrivée à Paris en mars 2019, a notamment bâti son succès sur sa coopération avec les pouvoirs locaux: la trottinette doit être intégrée dans le réseau de transport, sans occupation anarchique. Pour Fredrik Hjelm, le directeur général de Voi, pas question de "submerger les villes avec des milliers de trottinettes".

Le juteux marché parisien

Plutôt que de partir à l’assaut de nouvelles contrées, Voi préfère se concentrer sur celles où elle est déjà présente. Et présenter un dossier béton pour remporter l’appel d’offre lancé par Paris, qui veut dégrossir ses rangs d’opérateurs pour n’en sélectionner que trois. Tout en gardant au moins le même nombre de trottinettes à disposition, soit près de 20.000: un beau marché à se partager pour les trois heureux élus. D’où la levée de fonds de Voi, pour développer des produits de nouvelle génération.

Victoire à Marseille

En octobre, l’entreprise suédoise a déjà gagné la bataille de Marseille qui l’a retenue parmi les trois seuls opérateurs autorisés à exploiter des trottinettes en libre-service, avec Bird et Circ. Lime, qui était le plus ancien opérateur, n’avait pas été retenu, même en ayant investi "plusieurs millions d'euros" et recruté "50 personnes" dans la ville. Voi avance lui qu'il espère doubler ses effectifs en France, passant de 40 à 80 employés.

Fanny Guyomard avec AFP