BFM Eco

Une enquête ouverte en Turquie après la fuite de Carlos Ghosn

Image d'illustration

Image d'illustration - AFP

Une enquête a été ouverte ce jeudi en Turquie pour comprendre comment Carlos Ghosn avait transité par ce pays dans sa fuite du Japon vers le Liban.

Une enquête a été ouverte en Turquie, et sept personnes arrêtées, suite à la fuite de Carlos Ghosn du Japon vers le Liban en début de semaine, rapporte l’AFP, citant l’agence de presse DHA. Carlos Ghosn avait vraisemblablement transité lundi par la Turquie, avant d’arriver à Beyrouth, au Liban.

Si Carlos Ghosn est entré sur le territoire libanais avec sa carte d’identité, avaient expliqué les autorités libanaises, les détails de son arrivée en Turquie comme de sa sortie du Japon restent encore très mystérieuses. Le ministère de l'Intérieur turc a donc ouvert une enquête pour déterminer les conditions dans lesquelles Carlos Ghosn a pu transiter par un aéroport d'Istanbul avant de se rendre au Liban, a rapporté la chaîne d'information NTV.

Un aéroport fermé aux vols commerciaux en Turquie

Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir voyagé à bord d'un jet ayant décollé vers 5H15 (02H15 GMT) lundi, immatriculé TC-TSR en provenance d'Osaka, au Japon. Cet avion aurait atterri à l'aéroport Atatürk, fermé aux vols commerciaux mais utilisé par les avions transportant des marchandises et pour des vols privés, puis s'est rangé dans un hangar.

Vers 06H00 (03H00 GMT), le même jour, un autre jet privé, un Bombardier Challenger 300 immatriculé TC-RZA, a décollé du même aéroport à destination de Beyrouth. Selon DHA, les enquêteurs ont mis la main sur l'enregistrement des échanges entre le pilote du second appareil et la tour de contrôle. "Destination Beyrouth", déclare le pilote dans cet enregistrement, selon l'agence de presse turque.

Des perquisitions ont également été menées au domicile japonais de Carlos Ghosn, à Tokyo, où il était assigné à résidence depuis sa libération fin avril. 

S’il a confirmé sa présence lundi au Liban, via un communiqué, Carlos Ghosn ne s’est depuis plus exprimé. Toujours dans son communiqué publié mardi matin, il affirmait vouloir s’exprimer dans les médias dans les jours à venir. Aucune date n’a pour le moment été confirmée.

Pauline Ducamp avec AFP