BFM Business

Télétravail: "il y aura des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas les règles", prévient Elisabeth Borne

Les Français sont intéressés par le télétravail.

Les Français sont intéressés par le télétravail. - Unsplash - Pixabay

Depuis les annonces du Premier ministre vendredi, le gouvernement hausse progressivement le ton face aux entreprises qui relachent leurs efforts.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement appelle employeurs et salariés à se "remobiliser" pour renforcer le télétravail dans les entreprises, alors qu'une étude montre une certaine "érosion" du travail à domicile. Or, le télétravail est plus que jamais la règle, a martelé le Premier ministre lors de son intervention de vendredi dernier.

Et même si la règle sur le télétravail restait inchangée dans le protocole sanitaire régissant la vie dans les entreprises, le gouvernement hausse progressivement le ton.

Ce mercredi sur Radio Classique, Elisabeth Borne, la ministre du Travail prévient: "On a identifié un certain nombre de secteurs dans lesquels le recours au télétravail a baissé. Donc on les contacte un par un pour leur demander de se remobiliser. J’ai aussi mobilisé l’Inspection du travail, qui va recevoir des instructions aujourd’hui leur demandant d’intensifier leurs interventions en entreprise pour accompagner, conseiller et contrôler, sanctionner le cas échéant. Il y a des sanctions si vous ne respectez pas les règles du protocole sanitaire en entreprise, qui prévoit un recours maximal au télétravail".

Et d'ajouter: "Je suis consciente que c’est un effort important pour les salariés, mais très clairement aujourd’hui je le dis: renforcer le recours au télétravail, c’est un des leviers qui doit nous peremettre d’éviter un nouveau confinement. La règle est simple et n’a pas changé: tout ce qui peut être fait à distance, doit alors être fait en télétravail. Si toutes vos tâches peuvent être faites à distance, alors vous devez être à 100% en télétravail".

Les syndicats ont appelé à l'ouverture rapide dans les entreprises de négociations sur le sujet. "La meilleure façon d'y arriver c'est le dialogue social. Il faut une convocation rapide des CSE" (comités sociaux et économiques), a déclaré à l'AFP Cyril Chabanier, président de la CFTC.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business