BFM Business

Santé: un rapport pointe les abus de l’aide médicale d'Etat

Alors que le gouvernement doit détailler ce matin sa politique migratoire, un rapport de l’IGAS pointe du doigt les abus de l’aide médicale d’état (AME) pour les étrangers en situation irrégulière.

Mercredi, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a publié un rapport choc sur l’Aide médicale d’Etat. Ce dispositif, qui bénéficie aux étrangers en situation irrégulière en France, a coûté en 2018 environ 904 millions d’euros. Ce pavé a été lancé dans la mare, le même jour où Edouard Philippe est censé annoncer plusieurs mesures sur l'immigration.

Des abus épinglés par l'IGAS

Dans son rapport, certains abus sont dénoncés par l’IGAS. En particulier sur des prises en charge d’accouchements, d’insuffisances rénales chroniques, de cancers, ou encore de maladie du sang.

"Beaucoup de patients viennent en France, en rentrant par les urgences, recevoir des soins dans le système français. Pour le patient de toute façon, c’est gratuit, qu’il bénéficie ou pas de l’AME en réalité", explique Véronique Prudhomme, ancienne cadre hospitalière et auteure de "la vérité sur l’AME".

Rapport instrumentalisé ?

A en croire les associations de défense aux migrants, pourtant, ce type de fraude reste marginal à l’échelle de l’Assurance maladie. "Sur 271 millions d’euros de fraudes à l’assurance maladie, 471.000 euros provient de l’AME. Il ne faut pas se tromper de combat. La fraude massive est d’abord le fait des professions médicales", estime Pierre Henry, président de France Terre d’Asile.

Dans les conclusions de son rapport, l’IGAS recommande "d’empêcher l’octroi de visas pour les touristes médicaux." Toutefois, elle estime qu’une réduction du panier de soin de l’AME paraît peu pertinente pour réduire les dépenses publiques.

Céline d’Agostini, Marine Haÿ, Laurine Velay avec Antoine Laurent