BFM Business

Salons de coiffure et d'esthétique: les Français se ruent sur les rendez-vous en ligne

Les salons de coiffure doivent de nouveau fermer.

Les salons de coiffure doivent de nouveau fermer. - Franck Fife

L'hypothèse d'un troisième confinement se précise et les Français anticipent la fermeture des salons de coiffure et d'esthétique. Les réservations en ligne ont bondi cette semaine.

Alors qu'un troisième confinement est à l'étude, les Français anticipent et prennent massivement rendez-vous chez le coiffeur et dans les instituts de beauté. Lors des précédents confinements, ces commerces considérés comme "non-essentiels" avaient dû garder le rideau baissé.

Sur la plateforme Planity, qui permet de prendre rendez-vous en ligne dans les salons de coiffure et d'esthétique, c'est l'affluence. "Nous avons observé une hausse de 30% des réservations cette semaine par rapport à la précédente", détaille Antoine Puymirat, le PDG et fondateur de Planity.

Pic de réservations après les rumeurs de reconfinement

Les premières rumeurs d'un troisième confinement ont émergé le dimanche 24 janvier à la suite d'un article du Journal du Dimanche, avant que l'exécutif ne repousse sa décision, préférant attendre de voir les effets du couvre-feu. "Il y a eu un pic de réservations de dimanche à mardi, qui s'est atténué avec l'annonce du décalage de la prise de parole d'Emmanuel Macron", précise Antoine Puymirat.

Même constat du côté de Treatwell, un autre site permettant de prendre des rendez-vous en ligne. "Comparé à la semaine dernière, nous avons enregistré un pic de +50% pour les réservations, en partie dû à une forte augmentation sur la prestation coupe homme", précise Treatwell.

De son côté, une esthéticienne parisienne confirme "une hausse assez significative pour les épilations et le vernis semi-permanent".

Christophe Doré, président de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure, expliquait il y a quelques jours à RMC: “Aujourd’hui la demande est à 100%. Il y a une euphorie comme on l’a connu au mois d’octobre. C’était samedi tous les jours. Et là, c’est reparti”.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech