BFM Eco

Retraites: la CGT appelle à une opération "ports morts" le 9 janvier

Le syndicat des ouvriers dockers et travailleurs des ports français a appelé jeudi à "poursuivre la lutte" après plusieurs dates de mobilisation dans le courant du mois de décembre.

Le syndicat des ouvriers dockers et travailleurs des ports français a appelé jeudi à "poursuivre la lutte" après plusieurs dates de mobilisation dans le courant du mois de décembre. - Charly Triballeau - AFP

La Fédération nationale des ports et docks CGT appelle à une opération "ports morts" le 9 janvier, pour protester contre le projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement.

"Ports morts". C'est le nom de l'opération lancée par la Fédération nationale des ports et docks CGT le 9 janvier. Dans un communiqué, le syndicat des ouvriers dockers et travailleurs des ports français appelle à "poursuivre la lutte" après plusieurs dates de mobilisation dans le courant du mois de décembre.

Il a annoncé qu'il maintenait "la suppression des heures supplémentaires et shifts exceptionnels" et continuait à mener le travail "dans le strict respect de la sécurité". La fédération a également appelé à tenir des piquets de grève lundi et mardi, à "arrêter le travail pendant 24 heures" dans une "opération ports morts" le 9 janvier, jour de mobilisation interprofessionnelle nationale à l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, Solidaires et FSU.

Des propos "irrespectueux"

Travailler plus longtemps est "inacceptable" pour une profession qui, selon la CGT, voit son espérance de vie "écourtée de huit ans". Le syndicat a en outre critiqué le secrétaire d'État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari qui aurait selon lui tenu à leur égard des propos "irrespectueux".

Les ouvriers dockers avaient déjà arrêté le travail les 5, 10, 12 et 17 décembre qui correspondaient à des appels interprofessionnels nationaux. La fédération doit décider mercredi des "modalités de lutte" pour les semaines suivantes et a rappelé sa capacité à inscrire le mouvement "dans la durée".

P.S. avec AFP