BFM Business

Porté par l'espoir du vaccin, le FMI rehausse légèrement ses prévisions de croissance mondiale

Le FMI s'attend à voir la dette publique mondiale atteindre un sommet historique en 2020

Le FMI s'attend à voir la dette publique mondiale atteindre un sommet historique en 2020 - DR

Le Fonds monétaire international table désormais sur un rebond de 5,5% du PIB mondial en 2021 soit une hausse de 0,3% par rapport à la prévision précédente. Mais de nombreuses incertitudes demeurent. 

Nouveau numéro d'équilibriste pour le FMI, qui met à jour ses prévisions de croissance pour l'année 2021 et l'année 2022. Dans un contexte de pleine incertitude sanitaire, le Fonds monétaire international se montre pourtant un peu plus optimiste sur le rebond avec une croissance du PIB mondial de 5,5% cette année, soit 0,3 point de plus que lors de la dernière prévision. Cela reflète l'espoir de la vaccination, qui s'étend dans de nombreux pays.  

Dans les détails, le FMI a surtout revu clairement à la hausse ses projections sur les Etats-Unis, sans jamais faire allusion à l'élection de Joe Biden. L'institution s'attend désormais à une croissance de 5,1% pour le pays, soit deux points de plus que lors des prévisions d'octobre. De fortes dépenses publiques et une accalmie sur la guerre commerciale sont espérées pour soutenir l'activité du pays. 

L'Italie ne s'en sort pas

Pour la France, le FMI est moins optimiste, passant d'une projection de +6% en octobre à un rebond de 5,5% désormais pour cette année. Forcément, l'incertitude sur de nouveaux confinements plane sur l'hexagone.  

Mais c'est surement du côté des pays du sud de l'Europe que l'inquiétude est la plus importante. Si l'Espagne devrait désormais connaître une croissance de 5,9% en 2021 (après une chute vertigineuse de 11,1% en 2020), le FMI a abaissé de 1,3 point ses perspectives. Pire : l'Italie ne connaitra qu'une hausse de son PIB de 3%, contre 5,2% encore espérés en octobre dernier. 

Au Royaume-Uni, l'impact du Brexit risque aussi de limiter la reprise après une dégringolade de 10% du PIB en 2020 : il ne devrait remonter que de 4,5% (-1,4 point par rapport aux dernières prévisions). 

Quel avenir pour 2022 ?

Toutes ces prévisions sont évidemment sujettes à caution, en fonction de la réussite ou non de la campagne de vaccination, alors que de nombreux pays pauvres ne bénéficieront pas des doses avant plusieurs mois. Le FMI insiste d'ailleurs sur les nombreuses inconnues de l'équation. 

L'année 2022 devrait d'ailleurs afficher un ralentissement de la croissance, sorte de clap de fin de la pandémie espéré, avec une hausse de globale de 4,2% du PIB mondial. Pour la France, le FMI attend une croissance de 4,1% contre 3,1% en Allemagne, 3,6% en Italie et 2,4% en Espagne. Evidemment, toutes ces tendances devraient bouger dans les mois à venir. 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business