BFM Business

Paris-Lyon en 5 heures: la SNCF va lancer des Ouigo "petite vitesse"

Des OuiGo roses.

Des OuiGo roses. - SNCF

La SNCF ouvre son service low-cost aux trains Corail avec l'essentiel des billets vendus pour moins de 20 euros.

La SNCF veut lancer au printemps 2022 des trains grandes lignes classiques, roses, à bas prix sur Paris-Lyon et Paris-Nantes, qui seront exploités par une nouvelle filiale sur le modèle des TGV low-cost Ouigo, a-t-elle annoncé jeudi.

"Ouigo Vitesse Classique" proposera deux allers-retours quotidiens entre Paris-Bercy et Lyon-Perrache via Villeneuve-Saint-Georges, Melun, Dijon, Chalon-sur-Saône et Mâcon en 4 heures 45 à 5 heures 15 de bout en bout, et trois allers-retours entre Paris-Austerlitz et Nantes via Juvisy, Massy-Palaiseau, Versailles, Chartres, Le Mans et Angers ou Juvisy, Les Aubrais, Blois, Saint-Pierre-des-Corps, Saumur et Angers, le tout en 3 heures 30 à 4 heures 15.

Ces liaisons à classe unique seront assurées par des voitures Corail rafraîchies et repeintes en rose, "avec des prix très bas et fixes, jusqu'au dernier moment", a relevé Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF (les grandes lignes).

Les liaisons OuiGo vitesse normale.
Les liaisons OuiGo vitesse normale. © SNCF

Comme pour Ouigo, les billets seront uniquement commercialisés sur internet : ils coûteront entre 10 et 30 euros selon la période - en pointe ou heures creuses - et la destination, et 5 euros pour les enfants, avec des options comme pour les bagages.

L'ambition est de vendre 65% des billets à moins de 20 euros, selon Alain Krakovitch.

"C'est du train en plus. (...) Notre objectif, c'est vraiment de prendre des parts de marché à la route" - FlixBus, BlaBlaCar et voitures individuelles -, a expliqué Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs (la filiale qui fait rouler les trains).

Le nouveau service, successeur des "Intercités 100% Eco" qui ont circulé sur diverses destinations entre 2010 et 2020, doit proposer un service de "snacking" en vente ambulante.

Ouigo Vitesse Classique sera exploité par une nouvelle filiale à 100% de SNCF Voyageurs, baptisée Oslo et employant "près de 80 personnes" (volontaires), avec une utilisation plus intensive du matériel et une réorganisation du travail rendant les agents plus polyvalents.

Il s'agit d'une "expérimentation", le nouveau service étant prié d'être rentable en deux ans, a noté Christophe Fanichet.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco