BFM Business

Les ventes dans les commerces se portent bien sauf pour les produits d'hygiène

Les ventes de produits d'hygiène ont chuté de 14,4% en septembre.

Les ventes de produits d'hygiène ont chuté de 14,4% en septembre. - Pexels

Les ventes de produits d'hygiène ont fortement reculé de 14,4% en septembre selon la Banque de France. Le télétravail, le masque et la diminution des interactions sociales expliquent ce recul de l'hygiène et des cosmétiques.

Les Français ont consommé en septembre. Selon l'enquête mensuelle de la Banque de France, les ventes dans le commerce de détail ont progressé de 2,7% sur le mois de septembre par rapport à un an plus tôt et ce après une progression de 1,3% en août.

Et si les ventes de produits alimentaires sont relativement stables sur un an (+0,4%), celles de produits industriels conservent leur dynamisme : +4,4 % après +3,6 % en août. Les plus fortes croissances sont observées pour le bricolage (+14,7 %), le matériel de sport (+14,6 %), les appareils électroménagers (+13,7 %) et l'électronique grand public (+13,6 %).

En cette rentrée, les Français ont donc profité de leur épargne pour s'équiper après un confinement au cours duquel ils se sont largement privés.

S'ils font du sport, bricolent ou équipent leur maison, il semblerait que les Français se préoccupent moins de leur hygiène. Les produits de parfumerie et d'hygiène sont ainsi en recul de 14,4% en septembre par rapport à un an plus tôt. La décrue était déjà de 4,2% en août mais elle s'est étonnamment accélérée avec la rentrée.

Moins d'intéraction, moins d'hygiène

Plus de télétravail, moins de sorties, fêtes et mariages reportés ou annulés... Avec la diminution des interactions sociales, les Français se soucient moins de leur apparence. A l'image des ventes de certains produits cosmétiques comme le rouge à lèvres dont les ventes ont fortement reculé avec le port du masque obligatoire.

Par circuit de distribution, les ventes du petit commerce progressent de +4,7 % sur un an et celles de la grande distribution plus modérément, de +1,3 %. Au niveau de la grande distribution, l'activité demeure robuste dans les supermarchés (+3,2 %), alors que dans les grands magasins elle reste très en-deçà du niveau d'avant-crise (-21,5 %).

Mais le grand gagnant reste le e-commerce. Les données observées fin août indiquent une croissance de la vente à distance de +12,6 % sur un an après +14,8 % en juillet.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco