BFM Business

Les usines de légumes en conserve et surgelés "à fond" avant les annonces de l'exécutif

conserves de légumes  (photo d'illustration).

conserves de légumes (photo d'illustration). - Johanna Leguerre - AFP

Les usines s'emploient à sortir de gros volumes de légumes en conserve et surgelés en précision d'un couvre-feu à 18h

Les usines s'emploient à sortir de gros volumes de légumes en conserve et surgelés en prévision d'une extension du couvre-feu dès 18h, synonyme de réduction du temps disponible pour faire ses courses et d'une potentielle ruée sur les produits de base, a indiqué jeudi leur interprofession.

"On a des volumes qui tirent très très fort en prévision des annonces de ce soir", a déclaré, sans précisions chiffrées, Olivier Morel, le président de l'interprofession des légumes en conserve et surgelés Unilet, lors d'une conférence de presse.

L'exécutif doit trancher jeudi sur de nouvelles restrictions face au Covid-19. Le Premier ministre Jean Castex tient une conférence de presse à 18H00, entouré de six ministres. Si l'extension du couvre-feu dès 18h au-delà des 25 départements déjà concernés par la mesure, semble acquise, reste à en déterminer son ampleur.

"Les usines en ce moment tournent à fond la caisse", sept jours sur sept, pour faire face à une "hausse brutale de consommation", a poursuivi Olivier Morel.

Lors du premier confinement décrété au printemps, les ventes en supermarché avaient bondi: +31% en volume pour les légumes surgelés et +28% pour les conserves, selon Unilet, citant les données du panéliste Kantar.

"Il y a de la tension" mais "on n'anticipe pas de pénurie massive", a encore déclaré Olivier Morel, tout en rappelant que les fabricants dépendaient de la disponibilité de la matière première agricole, laquelle a été mise à mal par une récolte 2020 décevante.

"Cette campagne a été particulièrement difficile, avec des volumes récoltés nettement en deçà des prévisions : -14% pour le pois, -12% pour les flageolets et -11% pour les haricots, créant de fortes tensions sur le marché", souligne l'interprofession. La filière fait parallèlement face à la chute des commandes de la restauration collective et commerciale (habituellement 49% des débouchés des légumes surgelés, 14% pour les légumes en conserve). Or, fait-elle valoir, le report de ces volumes vers les linéaires des supermarchés n'est "pas simple" en raison de gammes et conditionnements particuliers.

AKM avec AFP