BFM Business

Les compagnies low-cost ne pourront pas reprendre les liaisons régionales abandonnées par Air France

Elisabeth Borne

Elisabeth Borne - BFMTV

La ministre de la Transition Ecologique Elisabeth Borne a confirmé ce matin sur BFMTV que les liaisons régionales qu'Air France allait abandonner ne pourraient pas être reprise par des compagnies low-cost.

Pour l'aider à surmonter la crise sanitaire, Air France va bénéficier d'un plan de soutien de l'Etat de 7 milliards d'euros. En échange la compagnie s'est engagée à améliorer son impact environnemental.

"On soutient Air France car on n’allait pas laisser la compagnie faire faillite. Mais on lui a demandé d'accélerer sa transition écologique et de réduire drastiquement les vols où il y une alternative ferroviaire en moins de 2h30 ", a rappelé la ministre de la Transition écologique Elisabthe Borne ce lundi sur BFMTV-RMC.

Mais il ne faudrait pas que d'autres compagnies prennent le marché laissé vacant.

"Si on demande ça à Air France, ce n'est pas pour laisser une compagnie low cost prendre la place", a précisé la ministre. Un arrêté va donc être pris pour empêcher que d'autres compagnies aériennes reprennent ce marché, confirmant l'annonce du secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari sur RTL ce matin.

Mais la ministre voudrait que l'on aille plus loin pour lutter contre ces transports très polluants, en leur interdisant de casser les prix comme ils ont coutume de le faire.

"Je trouve très choquant quand on vend des billets à 15 euros, il y en a même qui vendent des billets à un euro. C'est faire croire aux gens qu'il n'y a pas de coûts écologiques. Je suis favorable à l'instauration d'un prix plancher", a tranché Elisabteh Borne.

La ministre met en avant les atouts du train, qui dessert toute la France avec des lignes en bon état. Et elle souligne que la SNCF a enregistré des taux de réservation très bas pour cet été. "N'hésitez pas à prendre le train" a lancé la ministre.

Coralie Cathelinais Journaliste BFM Éco