BFM Eco

Les campings rouvriront le 2 juin en zone verte, le 22 juin en zone orange

Les campings pourront rouvrir le 2 juin "dans tous les départements, à l'exception des établissements" situés "dans les départements en zone orange", en Ile-de-France, en Guyane et à Mayotte, qui rouvriront le 22 juin, a annoncé jeudi Edouard Philippe.

Les campings pourront rouvrir le 2 juin "dans tous les départements, à l'exception des établissements" situés "dans les départements en zone orange", en Ile-de-France, en Guyane et à Mayotte, qui rouvriront le 22 juin, a annoncé jeudi Edouard Philippe. - Philippe Desmazes-AFP

Les campings pourront rouvrir dès le 2 juin en zone verte soit dans toute la France métropolitaine à l'exception de l'île-de-France, placée en zone orange, où ce sera le cas à partir du 22 juin. Reste à préciser les conditions de l'accès aux attractions comme les piscines de plein air.

L'hôtellerie de plein air va pouvoir accueillir des vacanciers dès le 2 juin dans toute la France métropolitaine, placée en zone verte, à l'exception de l'Île-de-France, en zone orange, où cette réouverture des campings est repoussée au 22 juin (cf illustration ci-dessous).

Cette réouverture possible va contenter les 8000 campings français qui piaffaient, se déclarant "prêts" à rouvrir pour l'été et à mettre en place un protocole sanitaire qui "assure la distanciation" pour leurs résidents.

Réouverture des frontières intra-européennes: le 15 juin?

De son côté, Nicolas Dayot, président de la fédération nationale de l'Hôtellerie de Plein Air (FNHPA) a accueilli "une excellente nouvelle car les Français disposent d'une complète visibilité et peuvent planifier leurs vacances, dans des campings qui auront mis en place des dispositifs de sécurité adaptés, y compris pour les piscines".

"La profession est convaincue qu'en instaurant les mesures de protection et de prévention, et en comptant sur la responsabilité de chacun, la saison se déroulera pour le mieux et les Français pourront pleinement profiter de leurs vacances", a-t-il encore observé.

"Pour les touristes étrangers, la réouverture des frontières intra-européennes au 15 juin est une seconde bonne nouvelle car elle permettra aux campings d'accueillir cet été leurs clients européens", ajoute la FNHPA

Toute l'Île-de-France est placée en zone orange.
Toute l'Île-de-France est placée en zone orange. © Capture vidéo BFMTV

Mi-mai, Nicolas Dayot déclarait déjà que le camping "plus que tout autre mode d'hébergement, peut atteindre les objectifs (sanitaires) avec plus de facilité: les sites sont grands, avec plusieurs hectares, chacun est sur son emplacement à distance des autres, et les clients viennent avec leur propre véhicule".

Le camping, premier mode d'hébergement l'été en France

"On a encore l'espoir de sauver la haute saison. Les campings sont prêts à rouvrir, et à offrir aux Français un bain de plein air essentiel à leur équilibre personnel et familial", a-t-il souligné. Le secteur camping - premier mode d'hébergement en été dans l'Hexagone, avec 129 millions de nuitées l'an dernier et 69% de clients français - a soumis au gouvernement un "cadre sanitaire" dont le but est "d'assurer la distanciation et les gestes barrière", a-t-il résumé.
"Notre grande préoccupation était de rassurer les vacanciers sur l'accueil sécuritaire: la fréquentation des sanitaires sera limitée, leur nettoyage renforcé. Pour les lavabos communs et les urinoirs, un sur deux sera condamné", détaille le vice-président de la FNHPA, Christophe Lelièvre.

Concernant l'ouverture des piscines de plein air, sur lesquelles, les gestionnaires de campings misent beaucoup pour attirer les vacanciers, "l'eau est chlorée, donc pas de souci avec le virus", mais les gérants de campings sont incités "à limiter le nombre de transats, voire les supprimer. La fréquentation des bassins pourra être "limitée ou filtrée, grâce à des bracelets de couleur par exemple", et du scotch sur le sol espacera la file d'attente pour les toboggans aquatiques, suggère le vice-président de la FNHPA.

De "nouvelles animations" éviteront les groupes ou le "brassage" des campeurs. L'activité des restaurants et supérettes répondra aux règles qui seront imposées par le gouvernement. Quant aux boîtes de nuit, "on ne sait pas si on pourra les exploiter", admet Christophe Lelièvre. 

Le port du masque ne sera pas obligatoire, "sauf dans de rares lieux collectifs, par exemple si les couloirs menant aux sanitaires sont trop étroits", précise Christophe Lelièvre.

Frédéric Bergé