BFM Eco

La SNCF casse les prix pour reconquérir les clients perdus pendant les grèves

Dans un communiqué, la SNCF annonce que 500.000 places à moins de 40€ sont en vente jusqu’au 16 janvier

Dans un communiqué, la SNCF annonce que 500.000 places à moins de 40€ sont en vente jusqu’au 16 janvier - AFP

Après 40 jours de grève, la SNCF tente de reconquérir les clients qui voyagent désormais en covoiturage, cars ou avions. 500.000 billets à moins de 40 euros sont en vente jusqu'au 16 janvier.

Après 40 jours de grèves, l'addition est lourde pour la SNCF qui craint de perdre définitivement des clients. Pour tenter de séduire ceux qui ont découvert d'autres moyens de se déplacer, comme le covoiturage, le car ou l'avion, la société a mis en vente 500.000 billets de TGV et Intercités à moins de 40 euros à réserver jusqu'au 16 janvier. D'autres offres commerciales sont ouvertes jusqu'au 19 janvier, annonce la SNCF dans un tweet.

"Les clients sont invités à vérifier plusieurs fois les disponibilités sur les sites ou applications: d’autres clients annulant leurs voyages jusqu’à la date de départ, des places sont ainsi libérées et de nouveau accessibles pour les échanges ou les réservations", indique la SNCF.

En fin de semaine dernière, la direction du groupe ferroviaire, a évalué le manque à gagner. "Nous allons bientôt dépasser les 700 millions de chiffre d'affaires perdu", a calculé Jean-Pierre Farandou, le nouveau patron de l'entreprise publique ferroviaire.

Par craintes des annulations, les réservations sur TGV et Inoui sont en baisse et les trains se vident. Les abonnement de TGVmax du mois de décembre seront remboursés d'au moins 50% en février ce qui va gréver plus encore les finances de la SNCF.

Ces pertes ne concernent pas seulement les TGV et Intercité. La SNCF a aussi annoncé le remboursement des abonnements TER de décembre. Les modalités de remboursement pour les abonnements hebdomadaires et mensuels seront disponibles sur les sites TER régionaux d'ici le 15 janvier, le prélèvement de février étant annulé pour les abonnements annuels.

Après avoir plombé les vacances de fin d'année, la grève menace désormais celles de février majoritairement consacrées aux sports d'hiver. 

"Il ne faut pas oublier le coût de la reconquête des clients, toutes les promotions après la grève pour redonner l'habitude du train", indiquait vendredi un porte-parole de la compagnie ferroviaire.
Pascal Samama