BFM Business

La prolongation de la fermeture des commerces "est un cataclysme pour le secteur du jouet", pour le président de PicWicToys

Romain Mulliez, président de PicWicToys et co-président de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et produits de l'enfant (FCJPE), était l'invité du Grand Journal de l'Eco.

Malgré les appels à plus de souplesse, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi soir que les commerces resteraient encore fermés pendant quinze jours.

C'est une mauvaise nouvelle parce qu'il n'y a pas de décision. C'est la tristesse et la colère (…). Pour le secteur du jouet c'est un cataclysme", a réagi Romain Mulliez, président de l'enseigne PicWicToys, invité ce jeudi du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business.

"On réalise plus de la moitié de notre chiffre d'affaires et surtout 100% de notre résultat en novembre et décembre. Fermer au mois de novembre c'est quelque chose dont beaucoup d'entreprises ne se remettront pas", a assuré et co-président de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et produits de l'enfant (FCJPE).

Un manque à gagner

Et l'incitation faite aux bailleurs de renoncer au loyer de novembre contre un crédit d'impôts ne convainc pas non plus Romain Mulliez: "Les aides ne nous permettront pas de survivre", parce qu'il faut payer "un mois de loyer", "alors qu'en face c'est un manque de gagner de la moitié du résultat".

"Le chômage partiel non plus n'est pas une solution: même si aujourd'hui nous arrivons à faire 30% de notre chiffre d'affaires en e-commerce, nous avons 100% de nos collaborateurs pour préparer ces commandes", a-t-il ajouté.

"Nous sommes d'accord sur les mesures de durcissement [du protocole sanitaire], nous sommes prêts, nous pouvons les mettre en place dès demain matin. Si on ferme un mois, cela veut dire que nous allons concentrer le double de trafic au mois de décembre. Ça laissera 23 jours aux clients pour faire leurs achats de Noël. Ça sera un problème au niveau sanitaire", a estimé Romain Mulliez.

J. B.