BFM Business

La perte de la fusée Vega due à une "inversion de câbles" reconnait Arianespace

Le tir de la fusée Vega reporté à la mi-août à cause de vents persistants

Le tir de la fusée Vega reporté à la mi-août à cause de vents persistants - Handout/CNES

La fusée Vega qui devait mettre en orbite deux satellites d'étude des orages, a été perdue huit minutes son lancement. Arianespace évoque un problème survenu lors de sa production en Italie.

L'affaire se corse pour Arianespace. Cette nuit, une fusée Vega qui devait mettre en orbite deux satellites dont Taranis a été perdue huit minutes seulement après le décollage intervenu à 2h52. Une "anomalie" dans "sa trajectoire" était constatée. Un cas rarissime dans l'histoire de l'aérospatiale.

Selon le constructeur du lanceur, le problème n'est pas dû à une erreur du calcul de trajectoire. Selon Arianespace, l'incident est due à une anomalie lors de la fabrication en Italie du lanceur européen, a reconnu l'opérateur d'une conférence de presse.

Un problème "d'inversion des câbles" a été identifié, survenu au stade de la "production" du lanceur, fabriqué par Avio en Italie, a déclaré le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël, précisant qu'il ne s'agissait "pas d'un problème de conception".

Le problème pourrait être lourd de conséquences pour le lanceur léger Vega, considéré comme le concurrent de SpaceX sur le marché des lancement de mini satellites. Cet échec est le second en de deux ans. Vega n'aura donc réussi qu'une seule mission en septembre dernier.

Le lanceur devait placer à 700 kilomètres d'altitude deux satellites d'observation pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA), de l'Espagne et du Centre national d'études spatiales (Cnes) français.

En plus de Taranis, Vega transportait le premier satellite espagnol SEOSAT-Ingenio conçu pour observer les phénomènes électromagnétiques radiatifs et lumineux survenant au-dessus des orages.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama avec AFP Journaliste BFM Éco