BFM Business

Ukraine: Standard & Poor's menace d'abaisser la note de la Russie

S&P met en garde la Russie sur les conséquences des sanctions européennes et américaines sur son économie.

S&P met en garde la Russie sur les conséquences des sanctions européennes et américaines sur son économie. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'agence de notation américaine a annoncé, ce jeudi 20 mars, qu'elle pourrait réfléchissait à abaisser la note de la Russie en raison des risques géopolitiques et économiques liés à la crise ukrainienne.

Standard & Poor's pourrait bien baisser la notation de crédit de la Russie. L'agence américaine a annoncé ce jeudi 20 mars abaisser la perspective de la note souveraine du pays, de "stable" à "négative". S&P indique vouloir prendre en compte les risques géopolitiques et économiques liée aux tensions internationales autour de l'Ukraine. La note BBB de Moscou, qui correspond à un émetteur de qualité moyenne mais en mesure de faire face à ses obligations de manière adéquate, est confirmée.

"La révision de la perspective reflète notre vision des conséquences économiques et financières importantes et imprévues que pourraient avoir des sanctions européennes et américaines sur la qualité du crédit de la Russie après l'intégration dans la Russie de la Crimée, que la communauté internationale considère actuellement comme faisant légalement partie de l'Ukraine", explique l'agence dans un communiqué.

Le président américain Barack Obama d'une part, l'Union européenne d'autre part, ont annoncé jeudi de nouvelles mesures de rétorsion visant des personnalités impliquées dans l'annexion de la Crimée par la Russie.

Des évènements qui impactent déjà l'économie russe

Dans son communiqué, S&P note que la détérioration de la situation géopolitique a déjà affecté l'économie russe. Le 3 mars, alors que les soldats russes pénétraient en Crimée, avant même le référendum en faveur du rattachement à la Russie, la place de Moscou avait connu une journée noire. L'indice boursier de référence avait perdu plus de 13% dans la journée.

Outre la panique sur les marchés, le rouble était tombé à un plus bas historique face au dollar, forçant la banque centrale à annoncer, à la surprise générale, un relèvement "temporaire" de son taux directeur à 7%, contre 5,5% auparavant.

N.G. avec Reuters