BFM Business

Ukraine: quelles nouvelles sanctions a adopté l'Europe contre la Russie?

24 nouvelles personnalités russes, notamment des députés de la Douma, font leur entrée sur la liste des personnes visées par des sanctions.

24 nouvelles personnalités russes, notamment des députés de la Douma, font leur entrée sur la liste des personnes visées par des sanctions. - NATALIA KOLESNIKOVA - AFP

L'Union européenne a publié, ce vendredi 12 septembre au Journal officiel, un nouveau train de mesures de rétorsion contre Moscou. De nouvelles entreprises et personnalités sont visées.

Un accord noué jeudi dans l'urgence, une parution au Journal Officiel de l'UE ce vendredi, pour une entrée en vigueur immédiate: l'Union européenne mène au pas de charge sa nouvelle campagne de sanctions contre la Russie, accusée de déstabiliser l'Ukraine.

Les Européens ont conclu un accord jeudi, au terme d'une journée de négociations sur ces nouvelles sanctions. C'est moins leur contenu que leur date d'application qui a fait débat entre les 28. Finalement, selon le Journal Officiel ce 12 septembre, elles entrent en vigueur dès publication. Voici leur teneur.

LIRE AUSSI - Sanctions contre la Russie: qui a le plus à perdre

> L'Europe ajoute "les personnes physiques ou morales, entités ou organisme qui réalisent des transactions avec les groupes séparatistes dans la région du Donbass en Ukraine", aux personnes et entités déjà visées par des sanctions. Cette région, frontalière avec la Russie, est un bassin minier et sidérurgique. 

> Cette liste ne comprenait auparavant que les personnes et entités qui "compromettent ou menacent l'intégrité" de l'Ukraine, qu'ils mènent des actions, les soutiennent activement et/ou financièrement, ou empêchent l'action des organisations internationales. 

> Des entreprises de défense et d'armement -fabricant de Kalachnikov et autres système antiaériens- rejoignent ainsi les grands énergéticiens, Rosneft, Gazprom et compagnie, sur la liste des entreprises déclarées persona non grata en Europe.

> Les 28 décident également d'interdire la fourniture à la Russie de services (et non plus seulement de matériel), "ayant trait à l'exploration et à la production de pétrole", que ce soit en eaux profondes, dans l'Arctique ou dans les sables bitumineux.

> De nouvelles banques, entreprises de la défense (hors spatial et nucléaire), et des individus ou structures opérant dans la vente et le transport de pétrole et dérivés, sont désormais exclus des marchés de capitaux européens. Ils ne peuvent plus déposer leur argent dans les banques européennes, utiliser leurs services de paiement, d'assurance ou de prêt.

> 24 personnalités politiques russes, notamment le président, des vice-présidents et des députés du Parlement russe, la Douma, font leur entrée sur la liste des individus visés par des sanctions. Ces personnes sont désormais interdites d'entrer ou de transiter par le territoire européen. Leurs avoirs et ressources hébergés en Europe sont gelés.

> Les entreprises publiques russes (détenues à plus de 50% par le Kremlin) et celles détenues à plus de 50% par une des personnes de la liste n'ont plus accès à aucune opération financière en Europe. Les transferts de biens et de technologies sont désormais limités (sauf concernant le nucléaire, l'aéronautique et le spatial non militaire)

Nina Godart