BFM Business

Moody's pourrait abaisser la note de la Russie

Moody's se méfie de l'escalade des tensions diplomatiques.

Moody's se méfie de l'escalade des tensions diplomatiques. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le bras de fer entre l'Ukraine et la Russie pèse de plus en plus sur l'économie russe. L'agence de notation menace de faire baisser sa note.

Mood'ys menace la Russie. L'agence de notation financière a placé, vendredi 28 mars, la note "Baa1" de la Russie sous surveillance en vue d'un éventuel abaissement, compte tenu des répercussions du conflit avec l'Ukraine sur les perspectives économiques du pays.

La crise ukrainienne est susceptible d'affecter de façon importante le sentiment des investisseurs et vient s'ajouter à la fragilité de la règle de droit et à un niveau élevé de corruption, souligne Moody's.

Moody's ajoute que la mise sous surveillance de la note de crédit russe est également justifiée par des risques de plus en plus importants, tant au plan politique que financier, en cas d'escalade des tensions diplomatiques.

L'annexion de la Crimée par la Russie a ramené les relations entre Moscou et l'Occident à un niveau de tensions sans précédent depuis la fin de la Guerre froide.

Détériorer le sentiment des investisseurs

"L'agence de notation estime que la crise actuelle pourrait détériorer le sentiment des investisseurs pour un certain nombre d'années et cela viendrait s'ajouter aux obstacles à l'investissement qui existent en Russie en raison d'un état de droit faible et d'un niveau élevé de corruption", dit Moody's dans un communiqué.

Avant Moody's, Standard & Poor's et Fitch Ratings ont elles aussi abaissé à négative la perpective de la note de crédit russe disant craindre l'impact d'un renforcement des sanctions économiques occidentales si le président Vladimir Poutine continuait sur cette voie.

Les tensions diplomatiques ont provoqué une fuite massive de capitaux qui prive la Russie d'investissements. Selon le ministère des Finances, cette fuite des capitaux pourrait ds'élever à 100 milliards de dollars pour l'année 2014.

Diane Lacaze