BFM Business

L'Argentine prête à négocier avec les fonds vautours

La Casa Rosa, le palais présidentiel argentin à Buenos Aires.

La Casa Rosa, le palais présidentiel argentin à Buenos Aires. - -

La présidente argentine, Cristina Kirchner, a fait savoir ce vendredi qu'elle négocierait avec tous les créanciers du pays, ce qui permettrait de régler le conflit de longue haleine avec les détenteurs d'obligations souveraines argentines qui ont refusé de participer à deux restructurations.

Buenos Aires abandonne la menace pour la négociation. La présidente, Cristina Kirchner, a déclaré ce vendredi 20 juin que son gouvernement
était prêt à discuter avec tous les créanciers du pays.

Cette annonce ouvre la voie à un éventuel règlement du conflit avec les détenteurs de dette souveraine argentine qui ont refusé de participer à deux restructurations après le défaut de Buenos Aires en 2001, et ceux qui ont racheté ces titres, les fonds vautours.

Mercredi, l'Argentine avait menacé de faire défaut sur sa dette, le gouvernement affirmant qu'il lui serait "impossible" d'honorer le paiement des intérêts dus le 30 juin après une nouvelle décision défavorable de la justice américaine.

100 milliards de dollars de dette en 2002

Buenos Aires est engagé depuis 12 ans maintenant dans un bras de fer judiciaire avec des créanciers qui ont refusé de participer aux deux opérations de restructuration de sa dette qui ont suivi le défaut retentissant de 2002 sur quelque 100 milliards de dollars d'obligations d'Etat.

Cet imbroglio juridique a privé la troisième économie d'Amérique latine de tout accès aux marchés de capitaux internationaux, ce qui a contribué à sa stagnation, conjuguée à une inflation incontrôlable et à une baisse des réserves de la banque centrale.

La Cour suprême américaine avait refusé lundi d'examiner l'appel de l'Argentine contre sa condamnation à rembourser 1,33 milliard de dollars à des fonds spéculatifs ayant refusé la restructuration de sa dette, une décision inattendue qui fait craindre un nouveau défaut de la troisième économie d'Amérique latine.

N.G avec Reuters