BFM Business

Jackson Hole : Ben Bernanke veut de "plus amples progrès" sur l’emploi américain

Ben Bernanke a affirmé être prêt à soutenir l'économie américaine

Ben Bernanke a affirmé être prêt à soutenir l'économie américaine - -

Comme prévu, le président de la Réserve fédérale (Fed) n’a pas livré d’annonce concrète sur les mesures que pourrait prendre son institution, ce vendredi 31 août. Il a simplement fait part de ses inquiétudes sur l’économie américaine, en laissant les observateurs dubitatifs sur son discours.

Les marchés s’en doutaient. Vendredi 31 août, Ben Bernanke, le président de la Réserve Fédérale (Fed), la banque centrale américaine, n’a pas fait de grande annonce, lors de la conférence annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole (Etats-Unis). Dans son discours, il s’est toutefois attelé à souligner le ralentissement de l’économie américaine.

Ben Bernanke a ainsi considéré que le chômage américain, qui culmine actuellement à 8,3% de la population active,doit être réduit. "Il est important de réaliser de plus amples progrès, en particulier sur le marché du travail" a-t-il ainsi déclaré. Il ajoute que l’économie "est de toute évidence loin d’être satisfaisante".

Partant de ce constat, il a réaffirmé que la Fed ne doit "pas exclure" d'assouplir encore sa politique si la conjoncture "l'impose".

Ces propos sont toutefois légèrement en retrait par rapport à ceux qui avaient suivi la réunion du comité de politique monétaire du 31 juillet et du 1er août. A l’issue de cette réunion, la Fed avait dit vouloir "surveiller de près" les indicateurs économiques à venir pour apprécier la nécessité d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire. Les marchés s’attendaient alors à ce que l’institution annonce rapidement de nouvelles mesures destinées à redresser l’économie. Mais il n'a donné aucune information sur un quelconque calendrier.

Ce que ne manque pas de souligner Michael Woolfolk, stratège devises à la banque BNY Mellon, qui dit chercher "le moindre élément de clarification sur la possibilité que la Fed passe à l'action en septembre (lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, ndlr). Bernanke ne semble pas apporter de nouveaux indices de ce point de vue"

Les marchés en hausse après le discours

En écho, Tom Porcelli, chef économiste Etats-Unis chez RBC Capital Markets, juge que "le discours de Ben Bernanke n’apporte pas grand-chose de neuf".

En attendant, le patron de la Fed n'a pas déçu les marchés: à 17h30, l’ensemble des bourses européennes et américaines progressaient, le CAC40 gagnant 1% à la clôture.

Prochain grand rendez-vous : la réunion de politique monétaire de la Fed, les 12 et 13 septembre prochains.

Julien Marion et Reuters