BFM Business

Hollande et Obama veulent accélérer l'accord de libre-échange

Les Etats-Unis et l'Union européenne sont déjà le principal partenaire commercial l'un de l'autre.

Les Etats-Unis et l'Union européenne sont déjà le principal partenaire commercial l'un de l'autre. - -

Les présidents français et américains ont donné une conférence de presse ce mardi 11 février. Ils ont réaffirmé leur volonté commune de conclure un accord de libre-échange transatlantique.

Bientôt un accord de libre-échange transatlantique? Les Etats-Unis et l'Union européenne ont tout intérêt à aller vite pour le conclure, sous peine de voir les crispations et les peurs prendre le dessus, a déclaré ce mardi 11 février François Hollande.

Le président français et son homologue américain Barack Obama ont débattu à Washington de cet accord pour lequel les négociations ont débuté en juillet dernier.

L'un des points les plus délicats des discussions concerne la protection des données numériques personnelles: des groupes américains tels que Google et Facebook souhaitent que Washington obtienne un allégement des règles européennes en la matière, qu'ils considèrent comme un frein à leurs activités.

Pour François Hollande, ces problèmes ne doivent pas empêcher les deux parties d'aller vite. "Dès lors que les principes sont fixés, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n'est pas un problème, c'est une solution", a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec Barack Obama.

Accord avant expiration du mandat de la Commission européenne

L'objectif des deux parties est d'aboutir à un accord avant l'expiration du mandat de l'actuelle Commission européenne, en octobre 2014. Mais de nombreux experts des questions commerciales estiment que les pourparlers pourraient se prolonger jusqu'en 2015.

Les Etats-Unis et l'Union européenne sont déjà le principal partenaire commercial l'un de l'autre, avec des échanges qui ont dépassé l'an dernier 500 milliards d'euros.

Le "partenariat transatlantique de commerce et d'investissement" auquel sont censées aboutir les discussions serait le plus important accord de libre-échange jamais conclu puisqu'il couvrirait près de 50% de la production économique mondiale, 30% du commerce international et 20% des investissements directs étrangers.

D. L. avec Reuters