BFM Business

Libre échange: Ayrault donne des gages aux Québécois

Le Qébec constitue la dernière étape de la visite du Premier ministre français au Canada

Le Qébec constitue la dernière étape de la visite du Premier ministre français au Canada - -

Achevant ce samedi 16 mars son voyage officiel au Canada, Jean-Marc Ayrault a voulu rassurer les Québécois sur l'accord de libre échange en cours de négociation entre l'UE et le Canada. Vendredi, François Hollande avait défendu l'exception européenne face aux Etats-Unis.

"Si un accord entre l'UE et le Canada doit être signé, il doit préserver cette diversité culturelle, notamment dans l'audiovisuel. Nos concitoyens peuvent faire confiance au gouvernement du Québec comme au gouvernement français pour être vigilants et en faire une condition de la conclusion de l'accord".

C'est ainsi que Jean-Marc Ayrault a voulu rassurer les Québécois, vendredi 15 mars, à l'issue de son voyage officiel au Canada et au Qébec. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse avec la Première ministre du Québec, Pauline Marois, à l'issue de la 17ème "rencontre alternée" des Premiers ministres français et québécois. Cette réunion devait définir les grandes orientations de la coopération entre la France et le Québec pour les deux prochaines années.

"Je trouve qu'il est nécessaire que dans l'accord, la question des produits agricoles soit traitée de façon équitable, respectueuse des modes de production, de l'organisation de cette production" (..) "Je suis sûr que sur les fromages, comme sur la viande, le boeuf ou le porc, de la volaille, nous trouverons la bonne solution", a-t-il ajouté. Il faisait ainsi référence aux inquiétudes des producteurs de fromages québécois devant la perspective d'une zone de libre-échange avec l'Union européenne.

Hier vendredi 15 mars, à l'issu du conseil européen de Bruxelles, c'est François Hollande qui s'était prononcé pour la défense de l'exception européenne dans le cadre de la négociation d'un accord de libre échange entre les Etats-Unis et l'UE. "Ma position est la suivante: je suis pour qu'il y ait une négociation qui s'ouvre pour lutter contre un certain nombre de barrières douanières ou de freins aux échanges de façon à favoriser la croissance. Mais il doit y avoir des garanties par rapport à certains domaines", a déclaré le chef de l'Etat. Il faisait en particulier référence au domaine culturel et à l'audiovisuel.

7.000 visas supplémentaires par an

Concernant cette fois les possibilités données aux jeunes Français de poursuivre leurs études au Canada, Jean-Marc Ayrault a obtenu du gouvernement fédéral une extension de 7.000 visas "travail-vacances". Ce document permet aux Français déjà sur place de rester un an de plus et de pouvoir préparer ensuite leur dossier d'immigration s'ils le souhaitent.

Cette décision constitue l'un des points de l'accord sur la mobilité professionnelle signé entre les deux pays. Il prévoit que "les jeunes du Canada et de La France pourront voyager et travailler dans l'autre pays durant une période pouvant atteindre 24 mois". Près de 14.000 jeunes français se rendent chaque année au Canada pour y étudier ou travailler.

>> Lire aussi :

Canada: quelles retombées pour les PME de la délégation officielle?

Jean-Marc Ayrault va jouer les VRP au Canada

P.C et AFP