BFM Business

GE-Alstom: la presse américaine s'enflamme contre le "décret Montebourg"

L'article de Bloomberg sur le "décret de patriotisme économique".

L'article de Bloomberg sur le "décret de patriotisme économique". - -

Au lendemain de la publication d'un décret en France pour protéger les entreprises du transport et de l'énergie d'un rachat par un groupe étranger, les journaux américains évoquent un "retour du protectionnisme".

La presse financière américaine avoue d’abord ce 16 mai qu’elle a été surprise par le décret publié la veille à l'initiative du ministre français de l'Economie, Arnaud Montebourg. Un dispositif qui étend aux entreprises de l'énergie et des transports la protection contre les rachats par des groupes ou des capitaux étrangers. La tonalité générale des commentaires est, elle, sans surprise.

Pour le Wall Street Journal, c’est le "retour du protectionnisme" en Europe. Pour Business week c’est une décision de Montebourg, "un admirateur de Jean-Baptiste Colbert", le ministre dirigiste de Louis XIV. Décision qui s’inscrit dans la "longue tradition française d’intervention de l’Etat dans les affaires".

Une partie d'échec à l'issue incertaine

Pour Bloomberg, c’est plutôt Manuel Valls qui essaie de surpasser Dominique de Villepin qui avait, lui aussi, pris "un décret de patriotisme économique".

Pour The Economist ce décret est une "déclaration tonitruante" qui essaie "en vain" de "changer le cours de l’histoire".

En fait, la France veut "faire pression sur General Electric", écrit le Wall Street Journal. Monsieur Montebourg s’est lancé "dans une partie d’échec" avec GE et Alstom. Une partie "à l’issue incertaine".

Business Week cite un analyste de la banque Berenberg William Mackie qui estime qu’avec cette nouvelle loi, et puisqu’on va lui demander des concessions supplémentaires, "le risque grandit que GE reconsidère sa proposition".

Jean-Bernard Cadier et correspondant de BFM Business à New-York