BFM Business

Croissance mondiale: l’inquiétante mise en garde du FMI

Le FMI se montre très pessimiste quant à la situation de l'économie mondiale lors des deux prochaines années.

Le FMI se montre très pessimiste quant à la situation de l'économie mondiale lors des deux prochaines années. - Fred Dufour - AFP

Le Fonds monétaire international a prévenu que l’économie mondiale pourrait bientôt "dérailler", abaissant dans le même temps ses prévisions pour 2016.

Le message se veut préventif, mais n’incite pas vraiment à l’optimisme. Selon le FMI, l'économie mondiale pourrait bientôt "dérailler", face au ralentissement chinois et à la méforme persistante des autres pays émergents.

"La croissance mondiale pourrait dérailler si les transitions importantes de l'économie mondiale ne sont pas bien gérées", prévient le Fonds monétaire international dans ses nouvelles projections trimestrielles.

Signe du pessimisme ambiant, le Fonds a abaissé de 0,2 point sa prévision de croissance pour 2016 (3,4%) comme pour 2017 (3,6%) en pointant la situation "périlleuse" de nombreux pays émergents, guettés par le "ralentissement généralisé".

La Chine fait dévisser les bourses mondiales

L'économiste en chef du FMI, Maurice Obstfeld, a prévenu en outre que les "risques" pesant sur ces prévisions s'étaient "intensifiées" ces tout derniers mois et averti que le monde pourrait emprunter "un chemin cahoteux cette année", particulièrement dans les pays émergents. L'enjeu n'est pas mince: ces derniers, ainsi que les nations en voie de développement, pèsent au total pour "plus de 70%" de la croissance planétaire, note le Fonds.

Le premier d'entre eux, la Chine, a engagé une difficile transition vers une économie davantage tournée vers la consommation mais a été récemment pris de soubresauts qui ont fait dévisser l'ensemble des marchés mondiaux.

Une réaction jugée toutefois "extrême" par Maurice Obstfeld lors d'une conférence de presse à Londres. Le FMI fait en effet encore le pari de laisser inchangée sa prévision pour la Chine cette année, à 6,3%, bien qu'il mette en garde contre l'impact d'un "ralentissement plus marqué que prévu" de la deuxième puissance économique mondiale, dont la croissance s'est limitée en 2015 à 6,9%, au plus bas depuis 25 ans.

La Russie et le Brésil en première ligne

Le coup de mou de l'ogre chinois a déjà de lourdes conséquences pour les autres pays émergents: l'"atonie de la demande", comme l'appelle le FMI, fait aujourd'hui chuter le cours de nombreuses matières premières, privant les pays qui les exportent de précieux relais de croissance et ressources cruciales.

Les prix du pétrole sont ainsi tombés sous la barre des 30 dollars le baril, du jamais vu depuis 12 ans. Cette évolution abaisse les coûts de production de nombreux secteurs et entraîne des conséquences positives pour les consommateurs, mais ces effets favorables s'"atténuent", prévient le Fonds, à mesure qu'augmentent les pertes des pays producteurs, "soumis à rude épreuve", et que fondent les investissements dans l'extraction de pétrole et de gaz.

Certains pays émergents n'avaient pas besoin de ça. Déjà frappée par des sanctions liées à la crise ukrainienne, la Russie devrait rester en récession cette année (-1,0%) tout comme le Brésil (-3,5%) qui pâtit, selon le FMI, d'"incertitude politique" et des "répercussions persistantes" du scandale de corruption de la compagnie pétrolière Petrobras. Le géant d'Amérique latine devrait entraîner encore dans sa chute l'ensemble du sous-continent, attendu en récession de 0,3% cette année.

L'Afrique sub-saharienne est mieux lotie avec une croissance attendue de 4,0% en 2016. Dernier péril pour les pays émergents, la normalisation progressive de la politique monétaire américaine, amorcée en décembre, a déjà contribué à un "durcissement" de leur financement, à un assèchement des flux de capitaux et à de "nouvelles dépréciations monétaires", souligne le FMI.

Y.D. avec AFP