BFM Business

Croissance : le FMI broie du noir, mais inutile de s’affoler

Nicolas Doze sur BFM Business.

Nicolas Doze sur BFM Business. - BFM Business

Quand le FMI voit noir c’est finalement rassurant car il s’est souvent trompé. En 2007, le FMI vénère le miracle espagnol. Les subprime ? "Circulez, y a rien à voir". En 2008, le FMI lance la course au plus grand plan de relance, puis en 2010 au plus grand plan d'austérité. En 2013 le fonds fait son mea culpa pour avoir sous-estimé la gravité de la récession, jugé que crise de 2008 venait d'un manque de liquidité, oubliant les problématiques de solvabilité.

Le FMI a aussi échoué dans la gestion de la crise grecque en juin 2013. Et cela fait aussi 5 ans que le FMI broie du noir quant à l’évolution de la croissance mondiale. Si on avait dû prendre toutes ses prévisions à la lettre, on devrait tous être en récession, ce qui n'est pas le cas. Méfions-nous des prêcheurs de l’apocalypse et autre « çavapétistes ». En 2009, la Reine d’Angleterre demande à la London School of Economics pourquoi les experts n’ont pas vu venir la crise. Elle attend toujours la réponse. La nouveauté est que prévoir ce qui va se passer demain est de plus en plus une chimère sachant que plus aucune personne de bonne foi ne comprend vraiment ce qui se passe aujourd’hui.