BFM Business

Brexit: le Royaume-Uni "très confiant" sur la conclusion d'un accord

Philip Hamond espère une issue favorable dans les prochaines heures.

Philip Hamond espère une issue favorable dans les prochaines heures. - Oli Scarff - AFP

Alors que les discussions ont une nouvelle fois achoppé sur la question irlandaise lundi, une issue favorable pourrait être entrevue dans les prochaines heures.

Le Royaume-Uni est "très confiant" sur la possibilité de conclure un accord avec l'Union européenne concernant les principales modalités de leur divorce, malgré l'échec des discussions la veille, a déclaré ce mardi à Bruxelles le ministre britannique des Finances Philip Hammond.

"Nous sommes très proches mais nous n'y sommes pas encore", a-t-il dit au lendemain d'un blocage de dernière minute qui a empêché la finalisation de cet accord d'étape lundi. "Nous sommes très confiants sur le fait que nous serons en mesure de faire avancer cela", a ajouté le ministre devant la presse.

La question irlandaise toujours au coeur des discussions

L'Union européenne et le Royaume-Uni ont échoué lundi à boucler un accord sur les modalités de leur divorce, butant sur le dossier de l'avenir de la frontière irlandaise après le Brexit.

Cette question est l'une des trois priorités de cette première phase des négociations du Brexit, avec le règlement financier de la séparation et le sort des droits des citoyens expatriés.

Les Européens exigent des "progrès suffisants" sur ces trois fronts pour accepter d'ouvrir une seconde phase, incluant les négociations commerciales réclamées avec insistance par Londres.

La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker étaient sur le point de boucler un accord lundi après-midi, mais leurs discussions ont échoué à la dernière minute. Theresa May, qui semblait avoir donné à l'Irlande et à l'UE les garanties demandées pour empêcher le retour d'une frontière physique avec l'Irlande du Nord, a ensuite reculé selon Dublin en raison de la réaction hostile du parti unioniste nord-irlandais DUP, allié de son gouvernement minoritaire.

Y.D. avec AFP