BFM Business

Guillaume Faury (Airbus): "je crois au projet" d'avion de combat franco-allemand

Sur BFM Business, le PDG de l'avionneur européen croit au succès du programme européen d'avion de combat du futur malgré les tensions avec les allemands et la concurrence du projet Tempest soutenu par les britanniques.

La France et l'Allemagne comptent valider "d'ici au printemps" l'accord industriel devant mener en 2026 à la réalisation d'un démonstrateur en vol du Système de combat aérien du futur (SCAF). Ce dernier doit remplacer à l'horizon 2040 les Rafale français et Eurofighter allemands et espagnols. Plus qu'un avion de combat, il s'agit d'un système composé d'un appareil connecté à des escadrons de drônes.

Mais d'ici là, il faudra régler quelques problèmes. D'abord, l’Allemagne aimerait mettre la main sur certaines technologies mises au point par Dassault pour les utiliser dans d'autres programmes. Pour Dassault Aviation et Airbus, il n'en est pas question.

Ensuite, SCAF est concurrencé par Tempest, un autre projet porté par les britaniques et les italiens. Mais pour Guillaume Faury, PDG d'Airbus invité ce vendredi sur le plateau de Good Morning Business, c'est bien le projet SCAF qui doit l'emporter.

On est encore loin d'arriver à un seul programme mais j'espère au moins que le projet sur lequel on travaille depuis trois ans et auquel moi je crois personnellement très fort ainsi que mes équipes qui est le SCAF, on va y arriver. On fait tout pour y arriver et ça serait vraiment très regrettable qu'on ne franchisse pas les étapes les unes après les autres après tout le travail qui a déjà été fait et vu les enjeux qui sont devant nous".
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business