BFM Business

Volkswagen cherche des parkings pour stocker des milliers de voitures neuves invendables

Mais aussi sur d’autres parkings. Il n’est pas ici question du dieselgate, mais du WLTP, le nouveau cycle d’homologation des véhicules en Europe.

Volkswagen cultive depuis plusieurs mois un certain savoir-faire dans les parkings géants. Après avoir ouvert de gigantesques aires de stockage aux Etats-Unis, cimetières des véhicules non-conformes suite au scandale des moteurs truqués, VW s’apprête à recourir à de tels espaces en Allemagne.

Mais cette fois, il n’est pas question du dieselgate, mais des conséquences du passage aux nouvelles normes d’homologation WLTP. VW compte stocker sur des parkings des véhicules en attente d’un certificat d’homologation, suite au changement de réglementation européenne au 1er septembre.

L’aéroport Willy-Brandt de Berlin-Brandenbourg (nom de code BER) a ainsi été choisi pour accueillir les voitures du géant allemand. Ce choix offre une résonance particulière car il s'agit d'un des plus grands fiascos immobiliers de ces dernières années. 

VW à la recherche d'autres espaces de stockage

Au total, selon des chiffres donnés par l’AFP, 200 à 250.000 voitures sont concernées, dont une partie va être stockée sur l’aéroport de Berlin, en plus des immenses parkings entourant les usines Volkswagen. "Nos espaces habituels ne suffisent pas" à stocker les véhicules en attente d'homologation, a déclaré un porte-parole du constructeur automobile à l'AFP, précisant que l’aéroport est "une localisation parmi d'autres où des voitures seront entreposées". "Nous testons plus de surfaces", souligne dans le Handelsblatt un porte-parole du constructeur. Des parkings sur les aéroports d’Osnabrück, Münster, Hannovre, pourraient également être utilisés.

Un nouveau cycle d'homologation

Le Groupe Volkswagen a en effet mal anticipé ce changement de cycles d’homologation. A partir du 1er septembre, tous les véhicules commercialisés doivent répondre à cette nouvelle norme beaucoup plus contraignante. En effet, une partie des tests se passe en conditions réelles de conduite, et non pas seulement sur bancs en laboratoire, ce qui a pour conséquence de faire grimper les valeurs d’émissions de CO2, comme la consommation. Ce nouveau dispositif d’homologation se double en plus de l’introduction pour les nouveaux modèles de la norme Euro 6d, plus contraignante.

Si BMW et Daimler ont déjà fait homologué tous les types de véhicules de leur gamme (une motorisation sur un modèle et par finition se nomme un type), VW est très en retard. Les trois quarts des types ne devraient pas être homologués avant fin septembre, et VW a choisi de fermer certaines usines pendant tout l’été, afin de réduire la production. L’usine-mère de Wolfsburg fermera ainsi ses portes, un à deux jours par semaine, d’août à fin septembre.

Selon l’ADAC, à fin juin, seuls neuf types de véhicules sur les 600 présents au catalogue des marques du Groupe VW auraient reçu la nouvelle homologation. Dont aucun chez Porsche, qui a arrêté la prise de commandes d'une partie de ses modèles, de la Panamera à la 911, et seulement six chez Audi. Rien que les combinaisons moteurs/boites sont au nombre de 260, auxquelles il faut rajouter les dizaines de finitions différentes, d’options. Chaque combinaison de véhicules change en effet les émissions en conditions réelles de conduite. Or, depuis deux ans, la recherche et développement de VW a surtout été absorbée par le passage à l’électrique et la gestion des problèmes du dieselgate.

Pauline Ducamp