BFM Business

Trop cher, pas assez ponctuel... le train est délaissé par les Français

88% des voyageurs quotidiens empruntent les TER ou les Transiliens.

88% des voyageurs quotidiens empruntent les TER ou les Transiliens. - Georges Gobet - AFP

L’autorité de régulation du secteur ferroviaire vient de publier un bilan pointant du doigt les nombreux dysfonctionnements qui ternissent l'image du transport ferroviaire. Un nouveau coup dur pour la SNCF.

Alors que le gouvernement souhaite réformer le système ferroviaire français, notamment en vue de la prochaine ouverture à la concurrence, un rapport de l’autorité de régulation du secteur (Arafer) vient de publier un bilan montrant l’étendue des dégâts.

Premier enseignement: le train ne séduit plus, ou de moins en moins. "Depuis 2011, la fréquentation des trains de voyageurs recule alors que celle des autres modes de transport (voiture particulière, avion, autocar) progresse", a d’ailleurs récemment rappelé Bernard Roman, le président de l’Arafer.

La moitié des retards pourraient être évités par la SNCF

La qualité du service y est pour beaucoup. En 2016, 11,2% des 6969 trains programmés quotidiennement ont ainsi affiché plus de six minutes de retard à l’arrivée. Tandis que 346 d’entre eux ont été purement et simplement annulés, pour les deux tiers à cause de mouvements sociaux. Concernant les retards, l’Arafer note par ailleurs que la moitié d’entre eux pourraient être évités par la SNCF.

Régulièrement accusée de pratiquer des tarifs prohibitifs, cette dernière est pourtant largement subventionnée, révèle également le rapport, indiquant que 75% du coût réel du billet est en realité supporté... par l'État. En outre, un passager sur vingt voyage gratuitement, en grande majorité les cheminots et leurs familles.

Enfin, le gendarme du rail pointe le fait que souligne que 80% des trains de voyageurs ne roulent que sur un quart des lignes seulement. Et que parmi les 11.000 trains de voyageurs qui circulent chaque jour, 90% sont des "trains du quotidien" (TER ou Transilien), empruntés par 88% des 3,2 millions de passagers quotidiens. La SNCF, qui a concentré ses efforts sur le TGV ces dernières années, est prévenue.

Y.D. avec AFP