BFM Business

Toyota travaille sur des robots "anges gardiens" pour personnes âgées

Toyota a déjà conçu plusieurs robots, non seulement des modèles industriels mais aussi des humanoïdes comme ce petit robot astronaute, dénommé Kirobo.

Toyota a déjà conçu plusieurs robots, non seulement des modèles industriels mais aussi des humanoïdes comme ce petit robot astronaute, dénommé Kirobo. - Toyota

Profitant de ses recherches sur la voiture autonome, l'industriel travaille sur des robots humanoïdes capables de prendre soin des personnes âgées. Au Japon, un quart de population a plus de 65 ans.

Le numéro 1 mondial de l'automobile va-t-il également devenir un géant planétaire des robots en tous genres? Toyota travaille en tout cas sur la conception de robots humanoïdes capables, tels des "assistants de vie", de prendre soin des personnes âgées en situation de dépendance.

"Il faut imaginer des applications pour aider les gens chez eux. Il y a des besoins immenses étant donné le vieillissement de la société" explique Gill Pratt, le patron de Toyota Research Institute (TRI), filiale créée en janvier 2016 aux États-Unis pour explorer les champs de l'intelligence artificielle et de la robotique.

Au Japon, où les applications commerciales des robots humanoïdes se répandent pour guider les clients, les scientifiques travaillent depuis plusieurs années sur des robots humanoïdes, capables d'aider les personnes invalides et âgées à se déplacer. Ce type de robot, appelé à pallier le manque de personnels pour l'aide à domicile des personnes dépendantes, a même vocation à détecter les chutes, les fuites de gaz ou d'eau, et à prévenir les services d'urgence ou la famille en cas de problème. L'enjeu est crucial dans l'archipel nippon, où la natalité est la plus basse du monde et où les plus de 65 ans représentent déjà plus du quart de la population.

Des robots Toyota pour déplacer les personnes âgées

Pour anticiper ce besoin, l'industriel japonais développe des robots qui serait suffisamment "sophistiqués" et "délicats" pour transporter des personnes âgées incapables de se mouvoir par eux-mêmes. Toyota pourrait-il devenir un fabricant de robots? "C'est une possibilité", évoque Gill Pratt, rappelant que le groupe japonais a déjà conçu plusieurs automates, non seulement des modèles industriels mais aussi des humanoïdes. On lui prête aussi l'intention de racheter l'activité robotique de Google, qui cherche à céder au moins une de ses compagnies de robots, Boston Dynamics. Gill Pratt se refuse néanmoins à confirmer l'information: "Nous rencontrons de nombreuses sociétés de R&D, en quête de synergies, mais je ne peux pas entrer dans les détails", a-t-il simplement déclaré.

L'intérêt de Toyota pour les robots domestiques est directement dérivé de ses travaux sur les voitures, avant le cap plus lointain de l'automobile autonome, selon la vision livrée par le patron Toyota Research Institute, spécialisée dans la recherche. "L'idée est que la voiture détecte quand votre vigilance se relâche, quand vous êtes fatigué, et qu'elle vous prévienne. Si cet avertissement ne marche pas, l'étape suivante est l'autonomie parallèle, le système appuie aussi sur la pédale, tourne aussi le volant pour vous accompagner, comme un ange gardien", explique Gill Prat.

Ce n'est qu'à plus long terme que la voiture deviendra un véritable robot capable de prendre les commandes de bout en bout et de permettre ainsi à un enfant, un vieillard ou une personne handicapée de se déplacer seuls, prédit-il.

Frédéric Bergé