BFM Business

Suspecté de manipuler ses chiffres de ventes, BMW est dans le viseur du gendarme boursier américain

-

- - AFP

Selon le Wall Street Journal, le constructeur allemand aurait exagéré ses chiffres de vente d'automobile, une pratique totalement interdite.

BMW a-t-il triché pour gonfler ses chiffres de vente? Selon le Wall Street Journal, le groupe allemand fait l'objet d'une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse. Le constructeur aurait ainsi utilisé une technique bien connue du monde de l'automobile en demandant aux concessionnaires d'enregistrer des voitures comme vendues alors qu'elles se trouvent, en réalité, encore sur le parking.

Une astuce totalement interdite, qui peut tromper les investisseurs et les actionnaires, alors que BMW est coté à la Bourse de Francfort mais aussi au Nasdaq. "Nous avons été contactés par la SEC et coopérerons pleinement à leur enquête" s'est contenté de commenter la firme allemande, auprès du journal économique.

Record de ventes

BMW n'est pas le seul constructeur automobile dans le collimateur de la SEC. En septembre dernier, Fiat Chrysler avait accepté de payer une amende de 40 millions de dollars pour des faits similaires, qui se sont déroulés entre 2012 et 2016. FCA avait, concrètement, payé les concessionnaires pour qu'ils falsifient leurs chiffres de ventes.

BMW, qui a encore signé un record de ventes mondiales en octobre 2019 (204.295 véhicules écoulés), a livré 2.296.174 véhicules BMW, Mini et Rolls-Royce sur les onze premiers mois de l'année. Cette enquête jette donc forcément la suspicion sur ces très bons chiffres, alors que l'automobile allemande affronte une crise majeure de son histoire, marquée par le scandale du "dieselgate" (pour lequel BMW a accepté de payer une amende de 8,5 millions d'euros en Allemagne) et la mise en place de nouvelles normes antipollution en Europe.

En 2016, Ludwig Willisch, alors directeur du marché nord-américain pour la marque, avait reconnu que gonfler les ventes en passant par les concessionnaires n'était "pas une pratique idéale" mais que cela "arrivait". BMW aurait officiellement mis un terme à cette technique, en janvier 2017.

A Francfort, le cours de BMW a baissé de 0,82% à 12h.

Thomas Leroy